lundi, décembre 5

RDC : l’équipe précédente au ministère de l’ESU engagée à diaboliser Muhindo Nzangi

Engagé, conformément à la vision du Chef de l’État, d’apporter les grandes réformes dans le secteur de l’enseignement supérieur et universitaire afin de l’assainire, Muhindo Nzangi Butondo va tout droit vers les grandes prouesses et cela lui attire la jalousie au pont d’être diabolisé par certains de ses prédécesseurs à la tête de l’ESU.

Depuis son avènement à la tête de l’ESU, Muhindo Nzangi ne cesse de démontrer sa ferme volonté de réformer le secteur. Et cela passe par plusieurs étapes notamment le contrôle sévère de scolarité et viabilité des établissements de l’ESU dans l’objectif d’aboutir à la grande messe attendue depuis 25 ans : les états généraux de l’ESU, chose que ses prédécesseurs n’ont pas pu réaliser, renseigne sa cellule de communication.

Signalons que c’est depuis le mois passé que le contrôle de viabilité et scolarité des établissements de l’ESU a été lancé dans toutes les provinces de la république démocratique du Congo où les équipes des missionnaires composées des membres du secrétariat général et les membres du Cabinet du Ministre de l’ESU sont en pied d’œuvre pour assainir ce secteur qui était longtemps délaissé par ses prédécesseurs. Contrairement aux années antérieures, cette année, le ministre Muhindo Nzangi exige le sérieux et demande aux missionnaires de faire rapport pour favoriser les participants aux états généraux de réfléchir sur les solutions à apporter.

Engagée dans une sale campagne de saboter les actions menées par le nouveau patron de l’ESU, les équipes de communication de ses predecesseurs, composés des journaleux, après avoir fait avec insuccès beaucoup de chantage au cabinet Nzangi, les voilà alimenter les réseaux sociaux avec des articles qui distillent la jalousie, la haine.

Sans prouver, en date du vendredi 03 septembre dernier un site dont nous taisons, le rédacteur de l’article cite le ministre Muhindo d’avoir réclamé 10% aux missionnaires, en présentant une lettre du secrétaire général à l’ESU Pontien Kamina Kabangu, qui demande aux inspecteurs déployés dans les universités pour le contrôle de viabilité et scolarité de reverser un pourcentage de 10% pour assurer le fonctionnement de la commission préposée pour le traitement et la compilation des rapports que chaque groupe de missionnaires est obligé à faire après avoir fait le terrain. Ceci explique clairement et indique où va le 10% que demande le secrétariat général de l’ESU, » Attribué cela au ministre Muhindo Nzangi est une calomnie « , déclare un cadre du Secrétariat général de l’ESU.

« Depuis son arrivée à l’ESU, Muhindo Nzangi étonne plusieurs observateurs de la scène politique par ses prises des décisions courageuses. Il ne cesse de bousculer les lignes, transpirer à grosses gouttes pour apporter un changement tant promis et annoncé tambour battant par ses prédécesseurs », indique la cellule de communication.

Rappelons que dès sa prise des fonctions, Muhindo Nzangi, porteur de la vision réformatrice, avait commencé par toucher les points les plus sensibles notamment l’interdiction de la vente des syllabus, refus d’augmenter les frais, la signature de plus d’un million de diplômes laissés par ses prédécesseurs et bientôt la tenue des états généraux.

Pour certains professeurs interrogés a ce sujet par la cellule de communication de l’ESU, c’est tout à fait normal que le nouveau Patron de l’ESU soit victime de cette campagne de diabolisation car l’on ne peut venir bousculer les vieux démons et rester pépère.

« Le ministre aura toujours derrière lui ses détracteurs. Mais ce n’est pas ça qui va le décourager.On sent qu’il a la volonté et le courage de mener des actions pour redorer notre secteur », un professeur de L’UNIKIN.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *