jeudi, août 11

RDC : crimes commis à l’Est, le professeur Néhémie Mwilanya recadre les propos de Paul Kagame

Les propos du président rwandais devant la presse internationale niant les massacres des civils dans la partie Est de la République Démocratique du Congo et dont son pays le Rwanda est cité dans ces crimes, le coordonnateur du Front Commun pour le Congo (FCC) aussi originaire de l’Est, l’honorable Néhémie Mwilanya Wilonja donne sa réaction et affirme ces crimes commis tout en alertant la justice internationale de bien faire son travail.

« A propos des massacres commis à l’Est, la vérité et la justice constituent des bases solides de la paix et de la sécurité entre nations. La lumière sur les allégations d’atteintes graves aux droits de la personne humaine ne devrait nuire à personne, bien au contraire », a-t-il dit.

Étant juriste, le Professeur Néhémie Mwilanya s’est dit déterminé à faire mouiller sa toge pour l’instauration d’un tribunal pénal international dont la mise en œuvre requiert pourtant certains préalables, a promis le coordonnateur du Front Commun Pour le Congo aux Observateurs.

Il a rappelé la mobilisation de leur plate-forme politique (FCC) pour la population congolaise le 24 juillet 2020, pour dénoncer la détérioration de la situation sécuritaire sur l’ensemble du pays particulièrement dans la partie Est.

« Une chose reste vraie dans le Camp Front Commun pour le Congo (FCC), la souffrance du peuple dans la partie Est au cœur des préoccupations de la plateforme Kabiliste « , a-t-il ajouté.

A lui d’ajouter que, le ton du président rwandais Paul Kagame a placé le président Félix Tshisekedi dans l’embarras pour ne pas dire dans une position d’humiliation plutôt mal venue au président de l’Union Africaine en exercice, contredit par Jean Marc Kambund qui a fustigé le propos de Kagame.

En fin, le Professeur Néhémie Mwilanya pense d’après lui que, le Slogan « le peuple d’abord » n’est sera pas seulement de l’interne. A lui de poser la question de savoir si « les choses auraient-elles changé »?

Dans la partie Est de la République Démocratique du Congo, la population célèbre chaque année des massacres commis par l’armée présumée Rwandaise; et la population dis avoir des preuves tangibles et plusieurs monuments sont construits pour ce triste souvenir.

Luc Lukandjila

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.