dimanche, mars 3

Masisi : la société civile exige la libération des villages contrôlés par le M23 dont Mushaki

La société civile forces vives de la commune rurale de Masisi se dit préoccupée par la situation humanitaire et sécuritaire précaire dans cette partie de la province du Nord-Kivu. Cette préoccupation a été exprimée quelques jours après l’emprise de la cité stratégique de Mushaki et d’autres villages environnants, par les éléments du M23.

Cette structure citoyenne indique que des hostilités en cours d’une part entre les éléments du M23 et les FARDC et d’autre part les jeunes résistants d’autodéfense communément appelés « Wazalendo » ont été à la base de la coupure du trafic sur la toute Masisi-Goma. Cette situation a été à la base de la paralysie de plusieurs activités notamment des actions humanitaires.

« L’occupation de Mushaki, un lieu stratégiquement touristique dans le Masisi est consécutif à plusieurs défis auxquels la population fait face. La réduction des actions humanitaires qui doivent sauver des vies dans des camps de déplacés à Byambwe, Katale et Masisi-Centre où les déplacés vivent inhumainement et ne savent plus sur qui compter. Pas plus de liaison entre Masisi-Goma, Goma-Masisi, ce qui handicape les activités socio-économiques et met en genou la population depuis Matanda jusqu’à Nyabyondo où le prix au marché a doublé pour tous les articles et surtout des premières nécessités comme le sel, le savon, le sucre, les boissons, l’huile etc,… », a indiqué David Muyisa Kasiwa, président de la société civile en commune rurale de Masisi.

Notre source plaide pour la libération de la cité de Mushaki et d’autres villages occupés par les rebelles du M23.

Jocel Biryeka, depuis Goma

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *