vendredi, août 19

Insécurité au Nord-Kivu : la jeunesse intercommunautaire charge le Rwanda comme responsable des crimes

C’est à travers une déclaration parvenue à la rédaction du mercredi 15 juin 2022, que la jeunesse intercommunautaires une structure des jeunes congolais coordination du Nord-Kivu qualifie les agressions récurrentes et multiformes du Rwanda depuis 1996 à travers des pseudos-rebellions et mouvements insurrectionnels parmi lesquels le Mouvement du 23 mars (M23) actuellement en territoire de Rutshuru cause nouvellement des morts et la désolation sur ce territoire Congolais depuis novembre 2021 et mars 2022.

Face à cette situation, cette jeunesse dénonce la mauvaise foi du gouvernement Rwandais qui depuis plus de 25 ans, a adopté une ligne politique suicidaire de déstabilisation de la RD Congo en y mettant des graves crimes économiques et des crimes contre des innocents citoyens congolais.

Par cette déclaration, les jeunes de toutes les communautés de la province du Nord-Kivu appellent tous citoyens Congolais à l’unité autour du chef de l’Etat et commandant suprême de l’armée ainsi qu’au soutien indéfectible, chacun selon ses capacités, aux forces armées de la République Démocratique du Congo, FARDC en vue de contribuer au devoir de défense de l’intégrité du territoire national de la RDC.

Par ailleurs, face aux nouvelles du 13 juin 2022 sur la prise de Bunagana par les forces armées Rwandaise se camouflant en M23, cette jeunesse appelle le gouvernement Ougandais à ne pas retomber dans ses erreurs du passé, à jouer franc jeu envers la RDC et à éclaircir voire rassurer l’opinion Congolaise sur ce qui s’est réellement passé sur terrain.

Et d’ajouter que, les peuples de la sous région des grands lacs africains n’ont pas besoin des gouvernements belliqueux mais plutôt de ceux qui concourent la coopération régionale afin que les uns et les autres bénéficient des immenses potentiels ou richesses des pays de cette région pour le bonheur de tous.

Enfin, la jeunesse intercommunautaire du Nord-Kivu demande aux présidents et leaders africains, d’apprendre à jeter des ponts et non à construire des murs entre les Etats.

Luc Lukandjila

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.