jeudi, février 29

Goma : le ministre de la défense réconforte les militaires et les victime des affres de la guerre

Le Vice-premier Ministre, Ministre de la défense nationale et anciens combattants, a indiqué que tout est mis en œuvre pour protéger la ville de Goma et la cité de Sake contre les éléments du M23. C’était lors de son arrivée dans le chef-lieu de la province du Nord-Kivu, vendredi 09 février 2024.

Accompagné du chef d’état-major des Forces armées de la République Démocratique du Congo (FARDC), Jean-Pierre Bemba a indiqué que sa visite consiste à réconforter les populations victimes des affres de la guerre et encourager les militaires et les jeunes d’autodéfense Wazalendo, présents sur les lignes de front.

« C’est un message de réconfort, de soutien également aux forces armées, à nos amis de forces qui sont ici présents la SADC, les compagnies privées qui sont ici, nos frères Wazalendo qui se battent également que nous félicitons pour défense de notre territoire», a-t-il déclaré.

Le ministre de la défense a également exprimé ses soutiens et ceux du chef de l’État aux blessés de guerre et aux familles endeuillées par la guerre du M23.

Après avoir dirigé une réunion de sécurité à laquelle ont pris part quelques officiers de l’armée loyaliste et de la SADC, Jean-Pierre Bemba et le général Christian Tshiwewe se sont rendus à Sake, sur les lignes de front, pour s’enquérir de la situation.

Le Ministre de défense a rassuré la population de la détermination de l’État Congolais à protéger la ville de Goma et la cité de Sake contre les combattants du M23, mais aussi sur la libération de toutes les zones sous contrôle de ce mouvement rebelle.

Cette visite à Goma, du Vice-premier Ministre de la défense nationale et des anciens combattants intervient après des affrontements autour de la cité de Sake entre les FARDC et les éléments du M23 mercredi 07 février dernier. Ces derniers ont été repoussés à quelques kilomètres par l’armée loyaliste, appuyée par les jeunes d’autodéfense Wazalendo.

Pendant ce temps, des activistes des droits de l’homme continuent à alerter sur le renfort en hommes des éléments du M23, sur plusieurs axes des territoires de Masisi et Rutshuru, d’où la nécessité au gouvernement de rester mobilisé pour faire face à cette guerre d’agression.

Jocel Biryeka, depuis Goma

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *