dimanche, juillet 14

Goma : le maire adjoint présente à la presse une autre série de présumés bandits

Ils sont plus de cinquante (50) présumés bandits qui ont été présentés à la presse jeudi 25 mai 2023 par le commissaire supérieur Principal Kapend Kamand Faustin, Maire adjoint de Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu. Ces derniers étaient munis d’effets militaires, arme à feu, chanvre, stupéfiants de tout bord, matelas, banfles, écrans téléviseurs, boissons alcolisées et consorts.

D’après les sources policières, ces présumés bandits ont été arrêtés au cours d’un couvre-feu, ayant ciblé les quartiers Mapendo et Kahembe, en communes de Goma et Karisimbi, dans la ville touristique.

Ce couvre feu entre dans le cadre de l’opération dénommée “Non stop”, lancée récemment par l’autorité urbaine, afin de lutter contre l’insécurité.

« Ils ont été pour la plupart, arrêtés dans des maisons de tolérance, où ils ne travaillent à longueur de journée, qu’à dépraver les mœurs. Ce couvre-feu, une des phases de l’opération d’envergure « non stop », lancée par la Mairie de Goma pour contrer la criminalité grandissante dans la ville, vise aussi selon Kapend Kamand Faustin, à lutter contre la dépravation des mœurs. Car soutient le commissaire supérieur Principal, la consommation des stupéfiants et d’autres boissons alcolisées ont un effet nocif sur la santé et une incidence négative sur la « vie quotidienne socio-économique de nos compatriotes », peut-on lire dans une note d’information de la cellule de communication de la mairie de Goma.

Devant la presse locale, le maire adjoint a rappelé que la société civile, les Églises, les structures d’encadrement des jeunes, les autorités elles-mêmes et toute autre personne ont chacune, la part de responsabilité dans la construction de l’homme et sa dignité.

Pour lui, les couvre-feu et autres mesures utilisés par les autorités, est une façon de « traquer les inciviques, qui font le braquage, le cambriolage, le kidnapping dans la ville et dans les environs.

Cette opération n’épargne pas les trafiquants et les consommateurs des drogues, dit le Maire adjoint, « une façon d’éviter qu’ils soient inutiles à la société ».

À cette occasion, l’autorité a félicité tous les collaborateurs qui se sont impliqués, afin d’arriver à ce résultat. Toutefois, le commissaire supérieur Kamand Kapend Faustin est confiant que personne, ne peut plus échapper au contrôle des services de sécurité.

Pour y arriver, il exhorte la population à continuer à dénoncer et à collaborer avec les services de sécurité, car, dit-il, « la sécurité est une affaire de tous ». Il sied de noter que, depuis le début de l’année 2023, la mairie de Goma a présenté à la presse plus de cent (100) personnes accusées d’être à la base de l’insécurité dans la ville.

Jocel Biryeka, depuis Goma

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *