lundi, juillet 22

Connexion entre les FDLR et ADF : un député national de l’Est de la RDC vient d’adresser une question écrite au premier Ministre

Réagissant aux propos du chef de l’État Rwandais, Paul Kagame qui a révélé que, il y a une connexion entre les rebelles des Forces Démocratiques pour la Libération du Rwanda, FDLR et d’Allied Democratic Forces (ADF), le député national élu de la ville de Buniyen province de l’Ituri Iracan Unen Gratien de Saint-Nicolas vient d’adresser une question écrite au chef du gouvernement Jean-Michel Sama Lukonde.

Ce député indique que, il a suivi avec la plus grande inquiétude, les propos du Président Rwandais Paul Kagame mardi 08 février 2022 à Kigali, au cours des cérémonies de prestation de serment de nouveaux Ministres.

Ces affirmations nous font craindre une probable entrée non autorisée des troupes rwandaises sur le sol congolais dans les jours à venir. Face à cette inquiétude, nous venons d’adresser une question écrite au premier ministre, chef du gouvernement conformément à l’article 138 de notre constitution, pour éclairer par rapport à l’état de lieux après l’adoption en séance plénière le 29 septembre 2021 des résolutions et recommandations de la commission défense et sécurité de l’Assemblée nationale qui ont abordé toutes ces questions évoquées par le président Rwandais”, a-t-il fait savoir.

Rappelons que le Président Rwandais avait déclaré ce qui suit : «Nous sommes attentif à ce qui se passe en RDC. Il y a une connexion
entre les FDLR et les ADF. Nous ferons de tout notre possible pour régler ce problème… il y a là où nous supplions, là où nous faisons des
demandes, mais il y a aussi là où quand ça dépasse les bornes nous
réglons nous-mêmes le problème comme il faut sans demander la permission à qui que ce soit. Après presque 25 ans, notre ennemi
est toujours présent en RDC. Les mécanismes mis en place pour
combattre ce problème, ont l’air d’avoir laissé ce problème perdurer…On dirait que cela donne de l’emploi à certains… les gens préfèrent que le
problème puisse demeurer et que les gens soient payés, soit disant pour régler ce problème…
».

DoMat

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *