vendredi, août 12

Sud-Kivu : le DG de l’ISEC dans une mision d’évaluation des activités académiques de son institution à Baraka

Le professeur Chifundera Busamba, Directeur Général de l’institut supérieur d’écologie pour la conservation de la nature (ISEC) séjourne depuis l’avant midi du mercredi 11 août 2021 en ville de Baraka au Sud-Kivu d’où il évalue les activités académiques de son institution de la place aussi harmoniser les structures avec la commission nationale chargée de la réforme de l’enseignement supérieur et universitaire qui est en mission en province du Sud-Kivu.
« Notre mission c’est de concerver la nature, c’est-à-dire l’environnement total qui comprend les conditions physiques, chimiques et biologiques et aussi des conditions socio-culturelles hors le milieu où nous vivons actuellement, c’est un milieu qui rempli toute ces conditions là et il faudra qu’on puisse conserver ces conditions pour l’avenir de l’humanité », a dit à la presse le responsable de l’ISEC avant d’appeler les parents à envoyer leurs enfants pour avoir un enseignement de qualité à son institution où il a rassuré l’ouverture des opportunités dans leurs avenir à travers le système Licence-Master-Doctorat (LMD).
A lui d’annoncer l’arrivée au mois d’octobre prochain d’une délégation du ministère de l’enseignement supérieur et universitaire (ESU) qui faira un tour au Sud-Kivu pour basculer le système (LMD) dans toutes les institutions supérieurs.
Le Directeur Général de l’ISEC a reconnu une difficulté du non fonctionnement de certaines des facultés au sein de son institution à l’auditoire de Baraka comme ailleurs. Pour lui, avec l’arrivée de la délégation du ministère de l’ESU on va scinder les institutions en groupes fonctionnels pour regrouper les facultés qui fonctionnent dans d’autres institutions locales .
« Seules les études qui n’ont pas encore été organisées ailleurs seront maintenues. Et là, je prends l’exemple de l’ISEC, nous sommes l’unique institution technique qui forme les conservateurs sur toute l’étendue nationale. Nous avons une spécialité qui ne peut pas être combattue « , a-t-il conclu.
C’est depuis l’année passée que les premiers finalistes ont défendu leurs licences à l’ISEC Baraka, la plupart d’eux sont des hauts cadres et qui se défendent dans le domaine de conservation de la nature. Le plus souvent, les étudiants de cette institution passent leurs temps en dehors de la ville pour des pratiques dans l’objectif de marier la pratique avec la théorie apprise à l’école .
Luc Lukandjila
Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.