dimanche, mai 19

RDC : réquisitoire d’une peine capitale à Ferdinand Kambere, le PPRD réagi

Le parti du peuple pour la réconciliation et la démocratie (PPRD) cher au sénateur en vie et président honoraire de la République Démocratique du Congo, RDC Joseph Kabila réagi autour de l’affaire qui oppose son secrétaire permanent adjoint Ferdinand Kambere et Bukasa Kabambi qu’il ne reconnaît pas.

Le PPRD dans son communiqué officiel rendu public lundi 14 mars 2022 dit apporter les précisions suivantes à l’opinion nationale et internationale :

• Son camarade Ferdinand Kambere est victime de ses opinions politiques et surtout son appartenance au PPRD, parti de l’opposition pour le moment;

• Son dossier est un procès politique monté à savamment par le pouvoir en place utilisant une justice instrumentalisée à souhait, étant donné que leur camarade Ferdinand Kambere Kalumbi est innocent et c’est lui qui a reçu des coups et blessures volontaires de la part de Bukasa Kabambi ardent dans un restaurant à Gombe;

• Au regard de la position étonnante du ministère public qui requiert sans honte et avec légèreté la peine capitale, le PPRD prend à témoin le peuple Congolais qu’il ne se laissera jamais intimidé par un pouvoir totalitaire en débandade et qui fait des violations des lois de la République sa feuille de route et son bilan à présenter l’année prochaine au peuple congolais;

• Le PPRD exige la libération sans condition de son camarade Ferdinand Kambere Kalumbi et attire l’attention de la communauté internationale, des partenaires divers, notamment les organisations non gouvernementales (ONG) des droits de l’homme, la Mission d’organisation des nations unies pour la stabilisation du Congo, MONUSCO, etc… de s’impliquer vivement pour que leur camarade recouvre sa totale liberté, écrit Ramazani Shadary secrétaire permanent du PPRD.

Pour rappel, le secrétaire permanent adjoint du PPRD monsieur Ferdinand Kambere Kalumbi a été requis d’une peine capitale par la justice Congolaise accusé d’avoir agressé et administré des coups et blessures volontaires à monsieur Bukasa Kabambi.

Luc Lukandjila

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *