vendredi, septembre 30

RDC : “L’insécurité au Nord-Kivu et en Ituri aussi le processus électoral, évoqués dans le conseil des ministres” (Ministre de l’intérieur)

Le vice-premier ministre, ministre de l’intérieur, sécurité, Décentralisation et Affaires Coutumières Aselo Okito, a informé le conseil des ministres tenu vendredi 16 juillet 2022, de l’état du territoire qui reste dominé par la poursuite des opérations militaires contre les terroristes et autres groupes armés en Ituri et au Nord-Kivu.

L’état d’esprit de la population d’après ce ministre, a été caractérisé par l’attente des résolutions des travaux de la commission mixte RDC-Rwanda prévue le 20 juillet 2022, à Luanda en Angola, la promulgation, le 05 juillet dernier, par le chef de l’Etat, Félix Tshisekedi de la loi N°22/029 du 29 juin 2022 portant organisation des élections professionnelles, législatives, provinciales, urbaines, municipales et locales en 2023, la recrudescence du banditisme et de la criminalité à travers les villes et grandes agglomérations de la République Démocratique du Congo, notamment Kinshasa, Lubumbashi, Kamina, Goma et Mbandaka.

Il a également signalé des tensions entre la population et les éléments du contingent Indien de la Mission d’organisation des nations unies pour la stabilisation du Congo (MONUSCO) au village Kitamara et Rutshiro, suite aux soupçons de la collaboration entre les concernés et les éléments du M23 sur la route de Kalengera mais aussi les déplacements des populations dans quelques villages du groupement Osso Banyungu, territoire de Masisi au Nord-Kivu consécutif aux affrontements opposants les Maï-Maï et les miliciens APCLS.

Outre, le vice-premier ministre, ministre de l’intérieur, sécurité, Décentralisation et Affaires Coutumières a présenté au conseil la note d’information relative à l’identification et à la certification des entités territoriales décentralisées et déconcentrées en vue de la cartographie électorale pour les élections de 2023.

Ce dossier constitue la réponse aux préoccupations soulevées par la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI), à travers une correspondance adressée au gouvernement portant sur : la clarification du statut juridique des certaines entités territoriales décentralisées et déconcentrées, l’absence des animateurs dûment désignés ou nommés, la problématique des partis politiques dédoublés ayant une même nomination et in seul logo, l’existence des conflits de pouvoir coutumier, le problème de certification Coutumière.

Le gouvernement a pris acte de cette note d’information et les commissions ont été chargées de l’approfondir, indique le compte rendu de cette réunion du conseil des ministres.

Luc Lukandjila

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.