vendredi, décembre 2

RDC/Affaire Bukangalonzo : Augustin Matata Mponyo dénonce des violences commises par les policiers en sa résidence

L’ancien premier ministre de la République Démocratique du Congo, Augustin Matata Mponyo alerte une série de violations commises par certains éléments de la Police nationale congolaise (PNC) envoyés d’après lui, par le procureur général pour l’arrêter à sa résidence à Kinshasa mardi 03 août 2021 pour qu’il aille comparaître dans l’affaire Bukangalonzo.

« Ma résidence vient d’être violée par une dizaine de policiers dirigés par un général.
La porte de ma chambre où j’étais couché en repos médical à été cassée et j’ai été menacé pour avoir refusé de répondre à un mandat de comparution sur le dossier Bukangalonzo », a-t-il écrit sur son tweeter.

A lui d’ajouter : « Je remercie l’autorité des services publics qui a intervenu pour arrêter cette violation inacceptable des droits de l’homme et le traumatisme de mes enfants pour avoir refusé sur conseil de mes avocats de répondre à plusieurs mandats de comparution illégaux du PG JP Mukolo », a-t-il poursuivi.

Afin l’homme en cravate rouge s’est dit déterminé à ne pas répondre à un mandat d’amener qui ne respecte pas la décision du sénat.

« Conformément à la constitution, je ne répondrai à un mandat d’amener qui ne respecte pas la décision du sénat qui ne l’a pas autorisé à me poursuivre en justice dans le dossier Bukangalonzo. J’ai besoin de recouvrer mes immunités et mouvements », a-t-il conclu.

Comparu devant le procureur sur le dossier la zaïrianisation d’où les preuves n’avaient pas été démontrées, les sénateurs congolais avaient refusé de libéré Matata Mponyo dans l’affaire Bukangalonzo où seuls les membres du bureau de cette chambre haute du parlement avaient levé ces immunités pour qu’il soit écouté par la justice.

Luc Lukandjila

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *