dimanche, juillet 14

Nord-Kivu : un député provincial propose la dotation des armes à des civils comme alternative à la persistance de l’insécurité

La région de Beni au Nord-Kivu enregistre presque chaque jour des morts parmi les civils du fait des incursions et attaques des rebelles des Forces démocratiques et alliées (ADF/MTM).

Face à la persistance de cette situation alarmante, le député provincial élu du territoire de Beni, l’honorable Saidi Balikwisha propose au gouvernement Congolais de former et armer quelques civils qui pourraient riposter en cas d’attaque en attendant l’arrivée de l’armée ou de la police dont les effectifs semblent être réduits sur le terrain.

Cet élu du peuple a formulé cette recommandation mercredi 07 juin 2023 au lendemain d’une incursion des rebelles de l’ADF qui a fait deux morts (2) et un (1) disparu, au village Kalivuli, situé près de Karuruma, dans la chefferie des Bashu, en territoire de Beni, au Nord-Kivu.

« Nous déplorons encore la mort de deux (2) de nos compatriotes dans la nuit de mardi 06 juin à Kalivuli. Face à tous ces morts, il faudra revenir sur les propositions de plusieurs analyses qui estiment qu’il faut silencieusement former et armer quelques civils sérieux dans la communauté pour qu’ils interviennent lorsque l’ennemi signe une incursion en attendant l’intervention de l’armée. Sinon contenir l’ennemi sera chose difficile car on ne peut placer un policier ou un soldat dans chaque ménage », a recommandé l’honorable Saidi Balikwisha.

Au Nord-Kivu, ce ne sera pas la première fois que cette proposition d’armement des citoyens soit donnée au gouvernement. Il y a cinq ans, le professeur Muhindo Mughanda, chercheur en géopolitique, aujourd’hui recteur de l’Université de Goma, principale université publique du Nord-Kivu avait défendu cette proposition, avant d’être rejoint le 21 mars 2022 par l’honorable Promesse Matofali, député provincial élu de la ville de Butembo au Nord-Kivu à travers une correspondance qu’il avait adressée au président de la République pour cette fin.

En revanche, le Professeur internationaliste Nissé Mughendi avait relativisé, dans une conférence publique à Butembo, que l’armement des citoyens ne peut produire des effets positifs que dans un pays capable de contrôler la circulation des armes, ce qui n’est pas le cas pour la RDC. Il craignait que la dotation des armes aux civils contribue et exacerbe les violences en accentuant la criminalité.

Avec un taux de traumatisme aigu documenté dans la région de suite des tueries devenues répétitives et les conflits de tout genre qui écume la région, l’armement des civils aurait plusieurs conséquences néfastes à la communauté, ont aussi analysé des internautes à l’annonce de cette proposition.

Serge Mulimani depuis Kasindi

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *