vendredi, août 19

Nord-Kivu: « La présence d’un ex-rebelle et son M23 sur le sol Congolais supposés réfugiés dans un camp en Ouganda discrédite la convention de 1951 relative au statut des réfugiés » (Jonas Kasimba)

Alors qu’ils sont censés être dans un camps des réfugiés reconnu en Ouganda, le chef militaire du M23 et sa suite sont visibles en territoire de Rutshuru, au Nord-Kivu pour combattre la République Démocratique du Congo, un pays ami de l’Ouganda qui les avait accueilli comme réfugiés.

Cette façon de faire de ce chef rebelle du mouvement terroriste M23 surprend plusieurs personnes. Le notable Jonas Kasimba ne comprend pas comment un ancien officier de la RDC devenu rebelle dans le mouvement CNDP, puis chef militaire de M23 et récemment identifié comme réfugié dans un camp en Ouganda après l’échec de leur mouvement du 23 mars (M23) à Goma, revenir avec pompe pour attaquer la RD Congo, un Etat ami au pays de Yoheri Kaguta qui les héberge.

Il l’a dit sur son compte tweeter, dimanche 26 juin 2022 dans la soirée.

Ce politologue de formation qui reste jusque là parmi les fils de la partie Est de la RDC qui suivent de très prêts l’évolution de la situation sécuritaire dans cette contrée s’est également interrogé sur l’attitude que prend l’Ouganda aux côtés du M23.

« Comment l’Ouganda peut laisser un ex-rebelle sous statut de réfugié venir s’attaquer avec pompe à un État ami, alors avec cette façon de faire, quel crédit on doit encore accorder à la convention de 1951 relative 1u statut des réfugiés, » s’est exclamé le notable Jonas Kasimba.

Pour rappel, il y a peu, sur son compte tweeter, le politologue Jonas Kasimba comme l’un des fils du Nord-Kivu avait demandé au gouvernement Congolais de revoir certains de ses accords diplomatiques avec l’Ouganda, l’un des pays qui avaient facilité aux terroristes du M23 un couloir pour attaquer la cité frontalière de Bunagana.

Pour l’instant, les FARDC s’imposent en silence sur terrain en territoire de Rutshuru. Elle se cesse de faire face à l’ennemi et à contraindre celui-ci à revoir ses calculs quant à ses ambitions très médiatisées de conquérir le petit nord du Nord-Kivu. Le bilan des affrontements du dimanche 26 juin 2022, fait état de la mort du numéro 2 du M23 du nom de Mboneza et nombreux de ses hommes ont aussi perdu leurs vies. Quant à Sultani Makenga, chef militaire du M23, il aurait été blessé aux combats, indique des sources militaires sur place.

Que prévoit la convention de 1951?

La convention de 1951 relative au statut des réfugiés, un document juridique clé constitue la base du travail de l’ONU. Ratifiée par 145 États, elle définit le terme réfugié et énonce les droits des personnes déracinées ainsi que les obligations juridiques des États pour assurer leur protection. Le principe fondamental est le non refoulement selon lequel « un réfugié » ne devrait pas être renvoyé dans un pays où sa vie et sa liberté sont gravement menacées. Ceci est actuellement considéré comme une règle du droit international coutumier. Cette convention et le Pacte mondial sur les réfugiés plus récent appellent tous les pays à la coopération pour trouver des solutions en faveur des réfugiés.

Bienvenu Katava

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.