jeudi, février 29

Mambasa : des corps des civils tués par les présumés ADF découverts dans le groupement Bangole

Environ quatre (04) civils ont péri dans une double attaque des présumés combattants ADF, en groupement Bangole, chefferie des Babila-Babombi, dans le territoire de Mambasa vendredi 19 janvier 2024. Ce qui fait à ce que la situation sécuritaire de la zone demeure précaire.

Une révélation du notable et président des associations des agriculteurs dans la zone, Monsieur Kasereka Lukando Elisé qu’il l’a affirmé samedi 20 janvier 2024. Ces quatre (04) corps des civils découverts dont le premier est celui d’un habitant de Makumo tué vendredi soir au niveau de Kilima rouge sur l’axe Makumo-Mantumbi et trois (03) autres corps sans vie découverts au village du Makabo.

« La situation sécuritaire de Bangole n’est pas bonne, vendredi les présumés ADF ont tué des civils au niveau de Kilima rouge sur l’axe Makumo-Mantumbi et déjà un corps d’un habitant de Makumo bien connu vient d’être levé du lieu et les recherches d’autres corps continuent. Mais aussi, les ADF circulent sans peur dans des brousses comme Kasopo, Poto, Tokotoko et trois corps des civils tués par ces rebelles viennent d’être découverts au village voisin de Makabo. Nous demandons aux services de sécurité de mener les patrouilles de combat dans le profondeur », a-t-il dit

Cependant notre personne ressource demande aux habitants agriculteurs de ne pas fréquenter les profondeurs en attendant que la zone soit pacifiée.

« Nous demandons aux habitants qui exercent des activités champêtres dans les profondeurs de Bangole d’attendre que la zone soit pacifiée. Aux services de sécurité de se mettre au travail car on constate déjà la famine dans nos agglomérations. Les habitants devraient éviter d’aller vers Kilima rouge, Tokotoko, Makabo et environs », a-t-il lancé.

Notons que, face à ces attaques ADF, les activités champêtres sont paralysées vers la partie Sud-Est du groupement Bangole et certaines zones demeurent inaccessibles aux civils. Par ailleurs, les autorités militaires disent être en alerte maximale.

Pour rappel, c’est depuis près d’un mois que des mouvements des hommes armés identifiés aux présumés combattants des forces démocratiques et alliés (ADF) ne cessent d’être signalés en chefferie des Babila-Babombi, province de l’Ituri.

Yves Romaric Baraka

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *