dimanche, août 14

Ituri : Voici les causes de la destitution de Jean Bamanisa et son gouvernement

La décision des députés est tombée vers 15 heures, temps universel après un vote de la motion de censure malgré l’absence du concerné dans la salle de la plénière au-delà de ces heures pour une seconde invitation.

Le Gouverneur et son équipe ont été absents le matin, les députés ont exigé la présence de l’autorité provinciale qui selon eux, serait à Bunia et aucune autre préoccupation ne l’empêcherait à venir répliquer à cette motion de censure.

Le président de l’Assemblée Provinciale Banga Tchombe convaincu, a adressé une seconde lettre d’invitation mais les portes du Gouvernorat étaient toutes fermées et le greffier de la cour d’appel a été informé et le constat dressé par son huissier a été lu. Face à ce que les élus ont qualifié de négligence, le passage au vote était le seul chemin et sur 41 votants, 33 ont décidé le départ du Gouverneur et son gouvernement et 8 ont voté.

Jean Bamanisa et son gouvernement sont réputés démissionnaires et le Gouverneur doit remettre sa démission au chef de l’État », a déclaré la député Matsosi Adabay, rapporteur de l’Assemblée provinciale.

La population est restée à l’observation contrairement en 2019 lors de la motion de défiance où elle avait soutenue le Gouverneur. Cette fois la police s’est lourdement déployée dans le rayon de plus des 100 mètres pour repousser les manifestants. C’était le cas entre 11 heures et 13 heures au sud du lieu et aucun habitant de la ville n’a eu le courage de rejoindre ces jeunes venus de nulle part.

Pour le député Masumbuko Adaba, initiateur de cette motion, le peuple n’est pas bien servi par ce gouvernement, qui n’a pas réussi à restaurer l’autorité de l’état dans la province, l’opacité dans la gestion financière et la négligence de l’Assemblée Provinciale.

« J’appelle mes collègues députés à signer cette motion pour que nous puissions inscrire nos noms en or dans le livre de l’avenir de cette province et que la génération suivante ne nous condamne pas un jour », a-t-il dit.

La classe politique a soutenu à la veille cette motion de censure contre Bamanisa, même chose côté société civile qui indique que, les députés sont les seuls à régler cette affaire au nom de la population.

Kawa Ngoy Érick

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.