jeudi, février 29

Investiture de Tshisekedi : satisfait du discours, l’honorable Jules Mathe appelle le chef de l’Etat à concrétiser ses nouvelles promesses

Félix-Antoine Tshisekedi a prêté serment, samedi 20 janvier 2024 et juste après les attributs du pouvoir lui ont été donnés. La cérémonie a été organisée au stade des Martyrs, le président Congolais commence son deuxième mandat de cinq (05) ans.

Satisfait du discours, l’honorable Jules Mathe, élu du territoire de Beni, appelle le chef de l’Etat à matérialiser son speech.

Le député national insiste sur la mise en place de tous les mécanismes pour arriver au retour de la paix dans toute la partie orientale du du territoire national, en général et le territoire de Beni au Nord-Kivu, en particulier.

A l’en croire, la dépréciation du franc Congolais face au dollar américain est aussi à la base de l’instabilité de l’économie au pays. Il encourage le garant de la nation à travailler sur la stabilité du taux de change sans oublier la promotion de l’emploi aux jeunes, un élément clé pour diminuer le chômage en RDC.

Voici les 6 axes du programme du second mandat de Félix Tshisekedi :

  1. Création d’emplois ;
  2. Protection du pouvoir d’achat des ménages et stabilisation du le taux de $;
  3. Assurer la sécurité du territoire national ;
  4. Diversifier l’économie;
  5. Garantir l’accès aux soins ;
  6. Efficacité de services publics.

Il sied de signaler que, près d’une vingtaine de chefs d’État venus principalement du continent Africain ont pris part à la cérémonie d’investiture de FATSHI.

L’Afrique Centrale, Australe, de l’Ouest et de l’Est y étaient très représentées. Quasiment, tous les chefs d’État de la zone qui ont confirmé leur participation pour cette cérémonie étaient présents.

Le président du Burundi, Evariste Ndayishimiye, le Kényan William Ruto, le Brazzavillois Denis Sassou, le président Tchadien, le Sud-Africain Cyril Ramaphosa, les présidents Zambien, Tanzanien, de Sao Tomé, du Ghana, du Sénégal…ont rehaussé de leur présence à la cérémonie.

Toutefois, si aucun chef d’État Européen ou Asiatique n’y a pris part, certains gouvernements se sont faits représenter. Les États-Unis ont envoyé une délégation de haut niveau, la France y a dépêché le nouveau monsieur Afrique de l’Élysée, Jérémie Robert, et la Belgique, ancienne puissance coloniale, la présidente du Sénat Stéphanie D’Hose.

D’autre part, des vice-présidents et des représentants étrangers de haut niveau, y compris du Moyen-Orient y ont participé.

Bienvenu Katava

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *