dimanche, mars 3

Élections en RDC : la MOE CENCO-ECC dit avoir documenté de nombreux cas d’irrégularités susceptibles d’affecter l’intégrité des résultats

La mission d’observation électorale (MOE) de la conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) et de l’Eglise du Christ au Congo (ECC) a rendu public, jeudi 28 décembre 2023, ses conclusions dans un rapport préliminaire.

Dans ce rapport, cette mission salue d’abord les efforts fournis par la Commission Electorale Nationale Indépendante et le Gouvernement congolais ainsi que toutes les autres parties prenantes au processus électoral pour la tenue des scrutins combinés du 20 décembre 2023.

Et après observation de différentes opérations électorales, la MOE CENCO-ECC note la détermination des électeurs qui se sont mobilisés pour accomplir leur devoir civique, en dépit de différents incidents observés dans les Centres et Bureaux de vote.

« Le peuple Congolais a bel et bien répondu une fois de plus au rendez-vous de son histoire», lit-on dans l’entame de ce document.

La MOE salue ainsi la bravoure de ses observateurs qui, en dépit de cas de violences, des arrestations, de l’interdiction d’accès à certains bureaux de vote et de dépouillement, dont ils ont été victimes, ont pu collecter des données reprises dans cette déclaration.

Cependant, la CENCO et l’ECC, grâce au dispositif de comptage parallèle des voix qu’elle dit avoir mis en place, constate qu’un candidat s’est largement démarqué des autres avec plus de la moitié de suffrages à lui seul, sans citer ses noms.

Néanmoins, cette mission affirme avoir documenté « de nombreux cas d’irrégularités
susceptibles d’affecter l’intégrité des résultats de différents scrutins, en certains endroits ».

De ce fait, elle annonce qu’elle mettra à la disposition de toutes les parties prenantes un document annexe reprenant ces irrégularités documentées.

Au regard de ce qui précède, la MOE CENCO-ECC invite la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), la Cour constitutionnelle ainsi que d’autres Cours et Tribunaux
habiletés à tirer, en toute responsabilité, toutes les conséquences qui s’imposent, en fonction de l’incidence sur la base des calculs des résultats pour le scrutin concerné, avant de proclamer respectivement les résultats provisoires et définitifs de différents scrutins.

En outre, eu égard aux conditions dans lesquelles les scrutins se sont déroulés, la MOE demande particulièrement à la CENI, pour rassurer les différentes parties prenantes, «de préciser le nombre de BVD qui ont ouvert le 20 décembre 2023 et ceux qui ont ouvert après cette date, en informant aussi sur le nombre de DEV et bulletins qui y ont été utilisés régulièrement».

L’acceptation des résultats par les parties prenantes passe aussi par le respect des dispositions pertinentes de l’article 71 de la Loi électorale. Cela étant, la MOE exhorte la CENI
à ne pas publier les résultats provisoires que sur la base des résultats consolidés de tous les Centres Locaux de Compilation des Résultats (CLCR).

La prise en compte des irrégularités documentées par les instances ci-haut citées constitue un gage pour l’acceptation des résultats par le public et pour garantir au mieux la paix, la cohésion et la stabilité en République Démocratique du Congo, lit-on dans ce rapport préliminaire signé par le Révérend Éric Nsenga de l’ECC et monseigneur Donatien Nshole secrétaire général de la CENCO.

Bradeau Mbafumoja

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *