dimanche, mars 3

Beni : l’accès à l’eau potable expose des écoliers d’une école primaire d’Oïcha aux multiples risques

Des centaines d’enfants qui étudient à l’école primaire Masosi située dans les périphéries de la commune d’Oïcha, chef-lieu du territoire de Beni au Nord-Kivu sont exposés à tous les risques possibles suite à la situation sécuritaire qui prévaut dans la zone.

L’école primaire Masosi, est une école publique fonctionnant vers Pumziko dans la cellule Matokeo au quartier Mabasele, dans la partie Ouest de la commune d’Oïcha.

D’après madame Eugénie Masika responsable de cette école, outre la situation sécuritaire, un autre besoin le plus ressenti dans son école est le problème de l’eau.

 » Nous nous efforçons d’encadrer les enfants sous ce contexte sécuritaire. Cependant, nous craignons pour leur sécurité surtout lorsqu’ils veulent s’approvisionner en eau potable. La source d’eau potable est située à plus de 500 mettre de l’école. C’est dans un endroit très isolé. Notre crainte c’est le sort de ces enfants qui peuvent être kidnappés ou violé. L’eau est d’usage à l’école, on en a besoin tous les jours. Je ne sais quoi faire pour résoudre ce problème qui ne me laisse pas stable, » a laissé entendre madame Eugénie Masika responsable de cette école.

Celle-ci lance un appel aux autorités locales mais aussi aux organisations humanitaires à venir en aide à ces enfants surtout pour résoudre ce problème de l’eau qui expose les enfants et d’autres habitants de cette cellule.

 » Que les gens de bonne volonté nous viennent en aide pour décanter ce problème. Aux autorités politico-adminstratives comme aux organisations humanitaires d’avoir pitié de ces enfants . Si l’adduction d’eau potable soit les bornes fontaines peuvent être coûteuses, chez nous même le forage avec pompe à motricité humaine peut nous être utile. Ou même l’installation de tank pour recueillir l’eau de pluie qui peut servir aussi bien pour le lavage de main lorsque les enfants reviennent des toilettes ou pour humecter ne fût ce que les salles de classe « , a ajouté la directrice de l’école primaire Masosi.

Notons que ce même besoin est resenti dans plusieurs écoles du quartier Mabasele en commune d’Oïcha, un quartier ayant été victime de plusieurs attaques des combattants d’Allied Democratic Forces (ADF).

Moïse MADUSU

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *