jeudi, février 29

Affrontement FARDC-M23 : « L’assistance humanitaire aux victimes devient impossible » (CICR)

Le comité international de la Croix-Rouge (CICR) regrette que l’acheminement de l’aide aux victimes, notamment des fournitures médicales vers des zones enclavées du Rutshuru et du Masisi, où se déroulent les affrontements entre Forces armées de la RDC et le mouvement du 23 Mars (M23) est de plus en plus entravé, voire rendu impossible par les combats incessants.

Dans un communiqué publié, vendredi 10 février 2024, l’organisation plaide pour un accès humanitaire sécurisé dans les zones où sévissent les violences armées.

« … Un accès humanitaire sécurisé est indispensable pour répondre aux besoins grandissants des populations affectées par le conflit, qui sont de plus en plus désemparées et livrées à elles-mêmes, souvent sans accès aux soins », peut-on lire dans ce communiqué du CICR.

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) reste préoccupé par la nouvelle intensité des affrontements armés à Sake dans la province du Nord-Kivu dans l’Est de la République démocratique du Congo, et son impact sur les populations civiles.

Ces affrontements entre les Forces Armées de la RDC et alliés contre le Mouvement du 23 Mars (M23) ont provoqué, le 07 février 2024, l’afflux de cinquante-huit (58) personnes blessées par arme, dont trente et un (31) civils, à l’hôpital CBCA Ndosho de Goma, doublant la capacité d’accueil maximale du service des blessés soutenu par le CICR. Les civils et les structures sanitaires sont de plus en plus exposés à la violence des combats.

« Les blessés n’ont cessé d’affluer, certains transportés à moto, d’autres par bus. Avec les patients déjà suivis dans notre service avant le 07 février, nous avons atteint cent et vingt (120) blessés pris en charge, alors que notre capacité initiale est de soixante-quatre (64) lits. Le manque d’espace pour accueillir tant de patients est notre principal défi. Depuis début 2024, nous avons déjà soigné deux cent dix-neuf (219) blessés par arme », témoigne Laurent Cresci, infirmier-chef de l’équipe chirurgicale du CICR à Goma.

L’afflux des blessés vers l’hôpital CBCA Ndosho de Goma est notamment dû à la défaillance des structures de santé situées dans ou à proximité des zones de combats. Celles-ci se retrouvent dans l’incapacité d’assurer une prise en charge digne et efficace des patients, dont le tri et la stabilisation des blessés, du fait des ruptures de stocks médicaux et du manque du personnel soignant, un grand nombre ayant fui vers des zones plus sûres. Certaines structures médicales se retrouvent au cœur des combats, parfois submergées pour offrir un abri aux civils fuyant les affrontements, comme l’hôpital de Mweso, en territoire de Masisi.

Anne-Sylvie Linder, cheffe de sous-délégation du CICR au Nord-Kivu rappelle qu’en vertu du droit international humanitaire, les personnes civiles doivent être protégées et respectées, et que, lors de la conduite des hostilités, toutes les précautions pratiquement possibles doivent être prises pour minimiser les pertes de vies civiles et les dommages causés sur les biens civils. Les structures médicales, ambulances et personnel de santé doivent être respectés et protégés.

À propos du CICR

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) est une organisation neutre, impartiale et indépendante dont le mandat strictement humanitaire découle des Conventions de Genève de 1949. Il apporte assistance aux personnes touchées par un conflit armé ou d’autres situations de violence partout dans le monde, mettant tout en œuvre pour améliorer leur sort et protéger leur vie et leur dignité, souvent en collaboration avec ses partenaires de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge.

Présent dans la province du Nord-Kivu en RDC depuis 1993, le CICR fournit protection et assistance aux victimes de conflits armés et d’autres situations de violence.

CICR et Jonathan Kataliko

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *