jeudi, octobre 28

Nord-Kivu : des journalistes de Beni-Butembo échangent autour de la sécurité et gestion de l’information pendant l’état de siège

« La sécurité et la gestion de l’information en période de l’État de siège », c’est le thème principal choisi pour ce cadre de capacitation qui réuni quelques journalistes de Beni ville et territoire, de la ville de Butembo et du territoire de Lubero au Nord-Kivu.

Ces échanges sont organisés par le collectif des radios et télévisions communautaires du Nord-Kivu, CORACON.
Ils se tiennent dans la salle des réunions de l’hôtel Butembo en province du Nord-Kivu à l’Est de la république démocratique du Congo.

Selon Jaron Kamundu l’un des faciliteurs du CORACON, cette seance ira du mercredi 22 au jeudi 23 septembre 2021.

« C’est une occasion accordée aux journalistes d’échanger à propos de leur responsabilité sociale en période de crise et les attitudes responsables à observer dans le respect du code d’éthique et déontologie qui régissent les journalistes congolais », a-t-il indiqué ce mercredi 22 septembre à l’ouverture de cette formation.

Ce premier jour, le journaliste Rashid Amuri Kasongo, président de l’union nationale de la presse du congo « UNPC » sous section de Butembo a facilité la réflexion autour des instruments internationaux et nationaux régissant la presse explicitant le système de réglementation, de la régulation et de l’autorégulation.

Dans son mot de conclusion, le chef de travaux Amuri Kasongo a alerté ses confrères de s’écarter de la malhonnêteté dans le journalisme et de toujours faire recours à l’auto-sensure car la sécurité du journaliste en dépend.

Le deuxième intervenant, maître Emmanuel Kateri a parlé des droits et devoirs de la presse pendant la période de l’état de siège.

Il a rappelé les incidents qui ont tenté de limiter la liberté des journalistes dans certains coins de la République Démocratique du Congo dont Patient Likodi brutalisé à Kinshasa le 15 septembre dernier journée dédiée à la démocratie, le 21 septembre journée dediée à la paix, le journaliste Sostene Kambidi a lui aussi été interpellé et le même jour un autre journaliste de Kasindi au Nord-Kivu nommé Paul Zaidi Beya est contraint de vivre en clandestinité.
Il a planché également sur les textes légaux qui doivent être maitrisés pour éviter les frustrations dans le camps des journalistes.

Disons que, l’activité a été ouverte par monsieur Bende Adrien, chef de premier bureau à la mairie de Butembo représentant l’autorité urbaine empêchée.

Kawa Ngoy Érick

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *