vendredi, juillet 12

Sud-Kivu/Combats entre les Red-Tabara et CNPSC de William Yakotumba à Fizi : la société civile craint de la non-reprise des activités scolaires 2024-2025

L’insécurité grandissante caractérisée par des combats entre les groupes étrangers Red Tabara et ses alliés dont Tweigwaneho et Ngumino de Makanika contre la coalition des FARDC, Forces Armée Burundaise (FAB), les groupes Wazalendo coalition nationale pour la souveraineté du Congo (CNPSC) de William Amuri Yakotumba, les Biloze Bishambuke et leurs supplétifs fait la une actuellement en territoire de Fizi.

Cette situation est vécue plus particulièrement dans le groupement de Basimunyaka Sud, Secteur de Lulenge, au Sud-Kivu.

La société civile coordination territoriale de Fizi qui trace un tableau sombre de la situation sur terrain dans son communiqué rendu public mardi 11 juin 2024, présente la crainte de la non-passation des épreuves de l’examen d’Etat et la non-reprise des activités édition prochaine dans la zone.

Les forces vives de Fizi dénonce la situation humanitaire qui n’est pas favorable dans la zone, plusieurs ménages se déplacent vers les zones moyennement sécurisées.

« Le territoire de Fizi en générale, particulièrement le groupement de Basimunyaka Sud, dans le secteur de Lulenge est le cycle des violences depuis un certain temps mais aussi le lieu de campement des groupes armés. C’est pourquoi, le bureau de coordination de
la société civile de Fizi, fait parvenir la présente avec désolation, consternation par rapport à la situation inquiétante humanitaire et sécuritaire qui prévaut dans les hauts plateaux de Fizi occasionnant le déplacement massif de la population. Cette situation a une conséquence sur la perturbation de l’éducation des enfants en cette période de passation des examens de fin d’année surtout que la rentrée scolaire 2024-2025 risque de ne pas être effective alors que l’Etat Congolais garantit l’Education à tous les enfants sans aucune discrimination. Cette situation est le résultat des hostilités à répétition entre les groupes armés locaux d’autodéfense contre le groupe armé étrangers Red-Tabara du Burundi présent dans la zone
», écrit la société civile de Fizi.

Et d’ajouter : « La zone de santé de Kimbi-Lulenge aire de santé de Nesani enregistre 682 ménages des déplacés provenant les villages M’monda, Sala, Kabanja, Asaul’uwa, se dirigeant vers le groupement de Basombo dans les villages de Akungu, Malingumu Kagembe, Lukubu, Makumba, Kakunga ,Nondo, au total 4607 sont enregistrés ».

Le Bureau de coordination de la société civile territoriale de Fizi rappelle que différentes retraites tenues à Mikenge, Uvira, Kinshasa, organisées par ADCI et ILC pour un leadership cohésif dans lesquelles son bureau de coordination avait pris part y compris toutes les tributs et les représentants des groupes armés portant sur «la recherche de paix, la cohésion sociale et la sessation des hostilités ».

Un accent particulier été fait entre les parties prenantes pour promouvoir l’Education mais aussi faciliter la rentrée scolaire 2024-2025 apaisée dans les zones des conflits pour promouvoir la cohésion sociale.

Les forces vives de Fizi estiment que ces actes perpétrés par les belligérants dans les hauts plateaux de Fizi, rentre dans la catégorisation des crimes graves touchant la paix et la sécurité internationale; dont les crimes de guerre et contre l’humanité.

Pourtant certains efforts fournis pour que la paix règne dans cette zone pour permettre le développement à tout le niveau à travers les
différents partenaires risque d’être rendus à zéro.

L’Etat Congolais dans son pouvoir régalien devrait voir dans la mesure du possible et dans toute urgence de trouver une solution sur la question de présence des groupes armés étrangers dans le territoire de Fizi pour permettre la paix durable aux citoyens Congolais ainsi que le retour dans leurs pays d’origine n’est pas à discuter.

Cette structure citoyenne rappelle aux parties au conflit à respecter le droit international humanitaire, même si ça n’en rien n’avoir avec l’objet de la présente, il est fait l’obligation pour son bureau de dénoncer et condamner les abus et violation des droits auxquels la population est victime.

Car il s’observe ces derniers temps la flambée des cas d’assassinats dans le territoire de Fizi sous l’œil impuissant des services de sécurité; cet état de chose risque de perturber le thermomètre d’un Etat de droit. C’est pourquoi le bureau de coordination de la société civile territoire de Fizi demande aux services de sécurité de mettre fin à ces genres d’assassinat qui deviennent une monnaie courante dans les zones sous sa gouverne.

Pour rappel, la semaine dernière, les éléments Red-Tabara du Burundi et alliés avaient attaqué l’état-major du CNPSC de Yakotumba à Mabengwa. Après quelques jours, le groupe CNPSC avait poursuivi son ennemi jusqu’à son état-major qu’il a récupéré. A l’heure actuelle, les Red-Tabara sont en dispersion. L’armée Burundaise (FAB) renforce sa présence sur la ligne de front à la recherche de ces rebelles cachés sur le sol Congolais.

Luc Lukandjila

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *