vendredi, décembre 2

RDC : « L’arrivée du chef de l’État dans la partie Est sera importante si et seulement si elle va rencontrer l’attente des victimes des massacres » (JP Ngahangondi)

« L’arrivée du chef de l’État congolais, Félix Antoine Tshisekedi dans la partie Est de la république démocratique du congo sera importante si et seulement si elle va rencontrer l’attente de la population victime des massacres dans les régions de Beni et Ituri, le contraire serait une déception totale de cette population qui attend beaucoup de lui comme commandant suprême des forces armées de la république ».

Propos de Jean Paul Paluku Ngahangondi, élu du territoire de Beni en province du Nord-Kivu qui ajoute que, la population de Beni et Ituri ont besoin de la paix et la sécurité le plus vite possible et que la présence du chef de l’État congolais dans cette contrée doit produire des effets positifs sur le plan sécuritaire.

« L’arrivée du chef de l’État dans la partie Est de la république démocratique du congo sera importante si et seulement si elle va rencontrer l’attente de la population du Nord-Kivu et Ituri longtemps meurtrie par les rebelles des forces démocratiques alliées (ADF); le cas contraire ça sera une déception totale. La population de Beni, une région où les rebelles ADF tuent du jour au jour a plus besoin de la paix et la sécurité le plus vite possible. Nous voulons que les massacres cessent dans notre région. Il appartient au président de la république de nous donner la paix et la sécurité car la paix est la base de tout développement », a-t-il déclaré.

Parlant du lancement mercredi 16 juin 2021 du projet d’asphalte des routes panafricaines par Félix Antoine Tshisekedi de la RDC et Yoweri Kaguta Museveni de l’Ouganda, Jean Paul Paluku Ngahangondi indique que, la population avait besoin de cette infrastructure routière mais le besoin urgent c’est la sécurité.

A lui de souligner que, le chef de l’État devrait capitaliser de sa présence à Beni et Ituri pour évaluer sans complaisance la mise en œuvre des opérations militaires depuis le lancement de l’état de siège et identifier les difficultés auxquelles fait face l’armée sur terrain.

Mathe Ngovoka

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *