jeudi, août 11

Manifestation anti-MONUSCO : Un mort et un blessé grave par balles à Kasindi

Au cours des altercations entre les Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) et les manifestants qui s’opposaient à la traversée des engins des Nations Unies de l’Ouganda vers la RDC, un jeune homme a été tué par balle et un autre grièvement blessé, c’est le bilan est encore provisoire.

Le rapporteur des forces vives du groupement Basongora dans le secteur Ruwenzori au Nord-Kivu qui avance ce bilan, déplore l’usage excessif de la force par les FARDC contre des civils non armés.

Pour Kasereka Kathavita, la traversée de force des engins de la MONUSCO par l’aide du gouvernement, est une preuve que le gouvernement congolais ne prend pas au sérieux la question securitaire de Beni et les revendications de la population.

« Toute action du gouvernement vise le bien-être du peuple et va de la volonté du souverain primaire. Ce qui vient de se passer à Kasindi est une preuve que notre gouvernement est complice avec nos bourreaux. Nous devons nous prendre en charge », a-t-il lancé.

De son côté, le président du conseil de la jeunesse de Basongora, appelle les élus du peuple aux assemblées Nationale et Provinciale d’appuyer les actions de leurs électeurs en demandant au président d’exiger le retrait de la MONUSCO.

« Nos élus doivent nous accompagner dans cette lutte. Nous ne voulons plus de la MONUSCO. Ils doivent demander au président de la République de donner 24 heures à la MONUSCO pour qu’elle parte de la RDC. Nous allons continuer à manifester contre la présence de cette MONUSCO « , a-t-il dit.

Cependant, des foyers de tension sont encore visibles en certains points stratégiques de la cité de Kasindi et les manifestants ont manifesté avec le corps de la victime sur un brancard de fortune. Ils ont tenté de démolir le bureau du fonctionnaire délégué de Kasindi mais ont été contenus par les forces de l’ordre.

Consécutivement à cette situation, les activités douanières, socio-économiques et scolaires ont été paralysées.

Serge Mulimani Kalinda.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.