vendredi, avril 12

In Memoriam/8ème triste anniversaire du Père Vincent Machozi : «Il était pour moi un mentor, un modèle de résistance » ( Edgard Mateso)

Ce jeudi 20 mars 2024, cela a fait exactement huit (8) ans jour pour jour depuis que fut assassiné à Vithungwe, dans la chefferie des Bashu, territoire de Beni, au Nord-Kivu, le Père Vincent Machozi, alors Prêtre catholique de la congrégation des Pères Assomptionnistes et président mondial de la communauté Yira/Kyaghanda Yira.

Son ancien secrétaire général, Edgard Mateso qui se remémore son assassinat comme si c’était hier, fait savoir que le Père Vincent Machozi avait été assassiné en plein combat acharné contre le plan de balkanisation de la partie Est de la RDC, un plan qui devait passer par le génocide du peuple de la communauté Yira qui s’y est toujours opposé.

« Père Vincent Machozi est pour moi un mentor, un modèle de résistance que j’ai personnellement découvert vers les années 2008-2009. En 2013, je suis devenu secrétaire général du Kyaghanda Yira dont il était président […] il avait créé le site web Beni-lubero on line. A travers ce site, Père Vincent Machozi ne cessait de dénoncer un plan macabre d’agression et de balkanisation de la partie Est par le Rwanda, l’Ouganda et le Burundi appuyés par les grandes puissances et les firmes multinationales du secteur minier, et que pour y arriver, ces agresseurs passaient par l’extermination des peuples autochtones qui osent résister. C’est ce qu’il appelait le génocide du peuple nande », a déclaré Edgard Mateso.

Pour son combat contre un plan qui connaît l’implication (par traîtrise) des personnalités internes et externes, Père Vincent Machozi devait avoir plusieurs ennemis, et malheureusement certains membres de la communauté dont il était défenseur. Et ce combat serait la cause de son assassinat, pense Edgard Mateso.

« Père Vincent Machozi alertait également sur l’infiltration des institutions ainsi que des services de l’ordre, de la défense et de renseignement par le Rwanda. Malheureusement, comme tout prophète, il n’était toujours pas écouté […] ses ennemis semblaient être de plus en plus nombreux, parfois anonymes et apparemment à l’intérieur tout comme à l’extérieur de sa communauté. Toutefois, nous sommes tenté de penser que c’est son engagement patriotique qui serait à la base de son assassinat », a-t-il ajouté.

Par ailleurs, l’ancien secrétaire général de la communauté dont le Père Vincent Machozi fut président regrette que lors du procès qui a suivi son assassinat, un seul des assassins n’a été retrouvé. « Malheureusement, lors de son procès, il n’a pas été facile de trouver un seul de ses assassins en dépit de certaines dénonciations qu’on pouvait lire sur la toile. Et effectivement, le flou continue à persister. Après le procès, avons-nous été satisfait du verdict ? Et beh! Nul ne peut être satisfait (du moins si on a encore la conscience éveillée) d’un tel jugement qui a ressemblé à une sorte de parodie de justice. Il est inadmissible qu’un tel procès s’achève sans qu’on identifie un seul suspect alors que lorsqu’il mourrait à 23h45, il y avait visiblement dans les parages des grands responsables y compris des policiers qui montaient leur garde […] je suis convaincu qu’un jour ce procès pourra être relancé et cette fois là, la vérité sera connue », souligne-t-il.

Conscient du complot contre le pays, Edgard Mateso appelle la communauté Yira en particulier et le peuple Congolais en général à prendre conscience et à se lever comme un seul homme pour combattre, chacun à ses limites et ses capacités, l’ennemi qui a déjà infiltré l’ensemble des appareils de notre Etat.

Serge Mulimani Kalinda

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *