dimanche, mars 3

Goma : une masse de témoins observée dans des centres de vote lors des scrutins

Il s’est observé le surnombre de témoins des candidats dans des centres de vote le mercredi 20 et jeudi 21 décembre 2023 lors des scrutins, en ville de Goma au Nord-Kivu. L’alerte est de quelques observateurs des élections affectés par des organisations de la société civile.

Cette présence serait à la base d’une part des embouteillages au niveau des centres de vote. Pour régler la situation, les agents de la commission électorale nationale indépendante (CENI) accordaient 15 à 20 minutes à un groupe de 5 témoins pour accomplir leur mission dans un bureau de vote.

«Je n’ai pas compris pourquoi les partis politiques ont voulu que chaque candidat aie beaucoup de temoins, parce que ceux qui étaient dans notre centre, étaient trop nombreux. Lorsqu’ils voulaient entrer dans les bureaux de vote, les agents de la CENI leur refusaient l’accès et ça sonnait mal dans le chef de la population. Surtout, on n’a pas été à mesure de satisfaire tout le monde», a indiqué un observateur, qui a requis l’anonymat.

En outre la masse de témoins, les observateurs disent avoir constaté que ces témoins n’ont pas été bien formés pour exercer cette mission.

Ils demandent aux partis politiques et regroupements politiques de veiller sur la bonne manière d’aligner les témoins, en évitant le surnombre.

Toutefois, certains observateurs estiment que le problème réside sur la multiplicité de formations politiques et regroupements politiques en République Démocratique du Congo, qui naissent du jour le jour. D’où, la nécessité au gouvernement Congolais de réduire le nombre de partis politiques, afin de régulariser les témoins, lors de prochains scrutins au pays.

Jocel Biryeka, depuis Goma

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *