vendredi, décembre 2

Dossier trafic présumé d’armes à Beni : Une ONG des droits de l’homme sollicite le départ de certains officiers FARDC

Le Cercle International pour la Défense des Droits de l’Homme, la paix et l’Environnement ( CIDDHOPE) salue l’arrestation par la justice militaire de certains officiers supérieurs des Forces Armées de la République Démocratiques du Congo (FARDC), des responsables de l’Institut Congolais pour la conservation de la Nature ( ICCN) et quelques civils, accusés dans le dossier présumé détournement des munitions et armes de guerre à Beni, dans l’Est de la République Démocratique du Congo.

Dans une déclaration publiée, jeudi 25 mars 2021, dont une copie est parvenue à la rédaction de www.rtr-beni.net, cette organisation de défense des droits de l’homme, appelle le Président de la République, à relever les commandants et les troupes de la 32e brigade de Fardc, dont certains responsables sont accusés dans cette affaire, qui fait grand bruit dans la communauté. Pour le secrétaire exécutif du CIDHOPE, maître Delico Mbambu Nyamwami, le comportement de ces éléments a terni l’image de l’armée congolaise, bien que leur culpabilité n’est pas encore établie.

A l’en croire, la population n’accorde plus un crédit nécessaire aux commandants et troupes de la 32ème brigade de réaction rapide.

L’Etat-major général des FARDC, a dans un communiqué publié, le 22 mars 2021, confirmé l’arrestation des quelques officiers Fardc et leurs complices de l’ICCN. Pour la haute hiérarchie militaire, l’arrestation de ces présumés trafiquants d’armes ne met nullement en cause les FARDC ni le commandement des opérations SOKOLA 1, qui selon le porte-parole de l’armée congolaise, le général Léon-Richard Kasonga, est entrain de bien se comporter sur terrain pour imposer la paix à Beni.

Vente et trafic des munitions de guerre à Beni : les 13 suspects arrêtés par la justice militaire, transférés à Kinshasa

Les 13 suspects arrêtés dans l’enquête sur la « vente et trafic » des munitions de guerre en ville de Beni, dans la province du Nord-Kivu, ont été transférés à la prison de Ndolo à Kinshasa. Le transfèrement a eu lieu jeudi 25 mars 2021 de Beni via Goma, chef lieu de la province du Nord-Kivu.

Il s’agit notamment de 5 officiers (supérieurs et subalternes) des forces armées de la RDC, d’un conservateur de l’Institut Congolais pour la conservation de la nature (ICCN) et des civils.

Ils avaient été arrêtés, depuis le 15 mars dernier par la justice militaire.

Jonathan Kataliko et Delphin Mupanda

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *