jeudi, juin 13

Bukavu : des étudiants ont manifesté pour exiger la réhabilitation de tronçon Lycée Wima-ISTM

Des étudiants des institutions œuvrant sur la colline de Karhale en ville de Bukavu ont manifesté lundi 15 mai 2023 pour exiger la réhabilitation de la Route Nationale deux (RN2), tronçon Lycée Wima jusqu’à l’Institut Supérieur de Technique Médical ( ISTM).

Ces étudiants dénoncent un probable détournement d’une somme suffisante d’argent débloquée par Monsieur Vital Kamerhe, Vice-Premier Ministre, Ministre de l’économie Nationale lors de son dernier passage à Bukavu, l’argent qui serait remis auprès du directeur Provincial de l’Office de Route. Les étudiants de Karhale s’insurgent contre la non réhabilitation de cet axe routier qui reste dans un état de délabrement avancé, c’est qui est à la base de plusieurs accidents de circulation causant de pertes en vies humaines.

Samedi et dimanche derniers, deux accidents mortels ont eu lieu sur ce tronçon routier où un mini bus qui faisait le taxi a fait des morts dans un accident, ensuite un motard et son client ont de même perdu leurs vies au lendemain.

A Bukavu, les voix s’élèvent pour réclamer la destination de la somme de dix-sept mille huit cent dix-huit dollars américains (17.818.00 USD) donnée par Vital Kamerhe pour les travaux de ce tronçon sur lequel la fois dernière plusieurs écoliers avaient perdu leurs vies. Les hommes politiques, les acteurs de la société civile, les administratifs et la presse veulent savoir réellement où est parti cette somme annoncée par Kamarhe dans un meeting populaire à la place de l’indépendance dont ses partisans en province ont exhibé un bordereau signé par le Directeur Provincial de l’Office des Routes, un document qui circule sur la toile.

Plusieurs autres sources affirment qu’avant l’arrivée de Kamerhe, le Gouverneur Malago qui faisait l’intérim avait débloqué aussi une autre somme d’argent toujours pour réhabiliter cette route en luttant contre ces pertes en vies humaines, mais jusqu’à présent rien ne prouve sur terrain le travail de cet argent.

Par des bombes en gaz lacrymogènes et des balles réelles, la Police Nationale Congolaise (PNC) a dispersé les manifestants qui avaient déjà barricadé la route.

Luc lukandjila

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *