dimanche, mars 3

Religion : tout savoir sur la différence entre l’église Catholique et l’église Anglicane au monde

A en croire le vénérable Jean-Claude Ngango, prêtre Anglican de la paroisse Saint Jean du diocèse de Beni, en province du Nord-Kivu dans l’Est de la RDC, mandaté par l’évêque Cyril Thavuhirima, le mot « Anglicanisme » fut la première fois employé au XIXe siècle. En dehors de l’Angleterre, les Anglicans sont parfois appelés « Épiscopaliens » , c’est le cas notamment des Églises des États-Unis ou d’Écosse ; cela vient du fait que l’anglicanisme fonctionne selon un système épiscopal, contrairement aux autres confessions protestantes, plutôt presbytéro-synodales ou congrégationalistes.

« L’origine de cette confession remonte à la décision du Roi d’Angleterre Henri VIII, au XVIe siècle, de rompre avec le pape pour causes surtout politiques plutôt que théologiques via l’acte de suprématie. Henri VIII, Roi d’Angleterre, fonde alors l’Eglise Anglicane après le refus du pape Clément VII d’annuler son mariage. Il est excommunié en 1533. Et cette Eglise, en rupture avec Rome, est placée sous l’autorité de l’archevêque de Canterbury« , a fait savoir le vénérable Jean-Claude Ngango, prêtre Anglican de la paroisse Saint Jean du diocèse de Beni.

Parlant de la différence qui existe entre ces deux églises: « En grande partie, il n’y a aucune différence entre ces deux églises. Les deux sont des églises chrétiennes, originaires de la même source que les églises orthodoxes orientales. En effet, les Anglicans et les Catholiques Romains lisent non seulement les deux testaments de la Bible mais aussi l’Apocryphe les livres de la Bible Hébreux écrits en grec. Les deux églises récitent les symboles de Nicée et des Apôtres. Les deux confèrent le baptême et la confirmation, et elles célèbrent l’eucharistie ainsi que les quatre autres rites sacramentaux de réconciliation, mariage, l’onction des malades, et l’ordination. Les membres de leur clergé sont ordonnés, d’abord diacre, puis prêtre, sauf ceux qui sont appelés au diaconat permanent. Parmi les prêtres sont choisis des évêques, qui sont consacrés par trois autres évêques au moins. Mais les Églises Anglicanes célèbrent deux sacrements : le Baptême et l’Eucharistie, ainsi que cinq autres rites sacramentaux : la confirmation, le mariage, l’onction des malades, la confession et l’ordination. Seuls les premiers sont en effet réputés avoir été établis par le Christ lui-même et témoignent de l’adhésion pleine à la religion. Il existe, aussi bien chez les Anglicans que chez les Catholiques Romains, des lieux de culte dédiés à la Vierge Marie c’est-a-dire toujours dans l’Anglicanisme, il y a des Anglicans qui prient le rosaire, soit romain soit anglican« , a-t-il indiqué.

Celui-ci précise que les principales fêtes reconnues dans l’église Anglicane sont : Épiphanie, Présentation du Christ, l’Annonciation, Pâques, l’Ascension, Pentecôte, Fête de la Sainte Trinité, Toussaint et la fête de Noël. Et les principaux jours saints sont : Mercredi des Cendres, Jeudi saint, Vendredi saint et le samedi Saint. Si vous visitez une paroisse Anglicane (le terme paroisse est utilisé par les deux églises pour une congrégation), suivie d’une paroisse catholique Romaine, vous verrez beaucoup d’autres ressemblances.

En bref, la liturgie est généralement la même. Les lectures de chaque dimanche ou d’autres cérémonies programmées dans le livre de prière de l’église Anglicane sont les mêmes que celles lues à l’église Catholique Romaine. Dans l’église Anglicane, l’habillement liturgique est le même qu’à l’église Catholique en respectant les différentes saisons. Les petites différences se trouvent pour la plupart dans les détails, par exemple : Les prêtres Anglicans peuvent se marier (mais aussi il y en a ceux qui optent pour une vie de célibat) ; les femmes peuvent être ordonnées comme prêtres,…

Autres différences est que les catholiques Romains ne reconnaissent pas la validité des ordres Anglicans, qui fait que les Anglicans convertis au catholicisme sont ré-confirmés et ré-ordonnés. Par contre, les Anglicans, eux, ont plutôt tendance à pratiquer la communion ouverte à tous, et ne ré-confirment ni ré-ordonnent les catholiques convertis, reconnaissant les ordres catholiques comme étant valides. La différence, c’est que pour les catholiques Romains il s’agit d’être en communion avec le pape, alors que pour les Anglicans, il est plutôt question d’adhérer à la foi catholique comme celle-ci a été héritée des premiers chrétiens. Il est important de souligner aussi que parallèlement, certaines paroisses Anglo-Catholiques utilisent des traductions du missel Romain convenablement adaptées : ce sont le missel Anglais et le missel Anglican. Certaines liturgies Anglo-catholiques sont très proches de la forme actuelle du rite Romain. Du point de vue relation, les Églises Anglicanes se disent à la fois catholiques et réformées, et l’Anglicanisme a souvent été présenté comme une via média entre le catholicisme Romain et le protestantisme. Elles se présentent comme des Églises catholiques non Romaines, parce qu’elles se veulent en continuité avec la tradition et affirment avoir conservé la succession apostolique.

D’après le vénérable Jean-Claude Ngango, prêtre Anglican de la paroisse Saint Jean du diocèse de Beni, à l’arrivée de l’église Anglicane en RDC avec les missionnaires, il y avait un nombre insuffisant de serviteurs. Dans le souci de rependre l’église, les autorités ecclésiastiques étaient alors obligées de former les serviteurs localement (ici nous faisons allusion à ceux qui n’avaient même pas un niveau élevé d’études et qui étaient formés pour servir les églises locales). Mais aujourd’hui l’église Anglicane a des grandes institutions (institut Biblique et Universités) qui forment ses futurs pasteurs.

Il sied de souligner que cette formation commence à la base, dans des églises locales qui, choisissent les candidats qui sont envoyés aux études après l’avoir étudié suffisamment. Il faut une étude théologique d’un minimum de trois (03) ans actuellement, puis il est envoyé au stage dans une paroisse qui a enfin fourni un rapport au bureau de l’évêque suite auquel le candidat peut être ordonné ou non.

Bienvenu Katava

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *