mercredi, juillet 17

Progresion des ADF aux environs de Masau après la tuerie d’une dizaine de civils : l’administrateur du territoire de Beni rassure sur la poursuite des assaillants

Depuis mardi 04 juin dernier les présumés combattants des forces démocratiques et alliés (ADF) ont surgi dans le village de Masau, situé à l’extrême Sud-Ouest du groupement Baswagha-Madiwe, en secteur de Beni, territoire de Beni à 12 km au Nord-Ouest de la commune de Mangina au Nord-Kivu, en limite avec le groupement Mambembe du côté de la chefferie des Babila-Babombi, en territoire de Mambasa, province de l’Ituri.

Sur place, ces terroristes se sont appris aux agriculteurs de la zone. Comme bilan provisoire jusqu’àu soir du mercredi 05 juin, les sources locales parlent de seize (16) civils tués dont dix (10) hommes et six (06) femmes, deux (02) enfants qui se sont échappés de mains de ces rebelles aux côtés des plusieurs civils portés disparus, des maisons et motos incendiées.

Comme sur place dans ce village il n’y avait pas la présence de l’armée, ces rebelles ont poursuivi leurs salles besognes jusqu’àu village voisin de Kabweke, rapporte une source de la société civile dans la zone.

Justin Paluku Kavalami, président de la société civile de Baswagha-Madiwe révèle que la destination de l’ennemi n’est pas connue. Face à cette situation, une panique s’est observée dans le chef de la population mercredi 05 juin au niveau de Mabalako et Cantine, deux (02) agglomérations de ce groupement situé vers la partie Ouest de la ville de Beni, en territoire de Beni.

« Une panique généralisée a gagné l’esprit de la population à Mabalako et Cantine. Nous demandons à l’armée de protéger ces agglomérations afin de barrer la route au mouvement des assaillants dans les environs », a dit Justin Kavalami.

Par rapport au bilan de Masau dont le bilan provisoire est de seize (16) civils tués pour la journée du mercredi plus; où moins onze (11) corps des civils ont été retirés du lieu de drame pour la salle de morts du centre de santé de référence de Mangina via le bureau du groupement Mambembe-Bella, confirme le chef du groupement Mambembe Musoki Kinyongo Janvier.

Sur place, chaque famille retire les corps de ses membres exécutés par ces ADF dont la plus part sont originaires de Mangina, Beni, Kyondo au Nord-Kivu et Makeke voire Ndjiapanda-Bella côté du territoire de Mambasa qui exerçaient leurs activités champêtres et commerciales sur place à Masau.

Contacté l’administrateur du territoire de Beni le colonel Euta Omeonga Charles rassure la population que l’armée est en alerte maximale afin de barrer la route au mouvement de ces rebelles vers des agglomérations environnants Masau comme Mabalako et Cantine.

En présent plusieurs villages se vident de ses habitants depuis mardi. Conséquence, paralysie d’activités socio-économiques et scolaires à Masau, Kabweke, Malese et Mununze-Kalibo du côté du territoire de Beni et la même situation est signalée à Ndjiapanda-Bella du côté du territoire de Mambasa.

Yves Romaric Baraka

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *