lundi, juillet 22

Kalehe : la société civile demande auprès du BCNUDH l’appui et l’organisation d’une audience des différents présumés auteurs de crimes à Minova

Le cadre de concertation territorial de la société civile (CCTSC) de Kalehe au Sud-Kivu dans une lettre adressée au responsable du bureau conjoint de nations unies aux droits de l’homme, BCNUDH à Bukavu demande l’appui et l’organisation d’une audience foraine dans la cité de Minova sur les assassinats et tueries des civils dans cette partie de la province du Sud-Kivu, afin que ces auteurs soient punis conformément à la loi.

Dans une interview accordée mercredi 02 février 2022 à www.rtr.beni-net , monsieur Delphin Birimbi président de cette structure citoyenne a dit nous citons : “Nous avons envoyé notre note de plaidoyer d’attente 2022 au bureau conjoint de nations unies aux droits de l’homme pour demander son appui dans l’organisation d’une audience foraine par la cour militaire du Sud-Kivu à Minova pour condamner les présumés auteurs de la mort de l’activiste Madame Anne Marie Buhoro qui a été tuée par son mari présumé auteur capitaine Saleh Bin Saleh Jérémie mais également condamner le militaire Niyomugabo Bosco présumé auteur de l’assassinat de Madame Sakina Nyabunyeya en date du 20 mars 2021 vers 9 heures à Rambula dans le groupement de Ziralo et autres crimes qui sont commis dans le territoire de Kalehe que nous sommes entrain de décrier est ceci pourra aider de mettre fin aux différents crimes qui sont enregistrés dans le territoire de Kalehe. Le bureau conjoint de notions unies pour le droits de l’homme vient de nous assurer qu’il est entrain de travailler pour cette cause d’un moment à l’autre l’audience foraine sera organisée à Minova pour juger tous les présumés criminels qui sont identifiés”, fin de citation.

Rappelons que, la fondation Panzi a aussi condamné la tuerie par balle de son activiste la défenseuse de droits de l’homme et travailleuse madame Année Marie. Elle sollicite de même l’organisation d’une audience à Minova pour condamner et juger son présumé auteur criminel qui est son époux, arrêté au lendemain de l’événement par les agents de l’ordre puis transféré à Bukavu.

Ici la note de plaidoyer du CCTSC-Kalehe.

Luc Lukandjila

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *