vendredi, août 19

Beni : une femme qui fait la cordonnerie pour la survie de sa famille (Portrait)

Esta Kavibosi est une femme âgée de 29 ans. Responsable d’une famille de plusieurs personnes, elle a opté pour faire la cordonnerie pour assurer la survie de sa famille.

Ce métier est fait par les hommes en ville de Beni, dans la province du Nord-Kivu. Esta Kavibosi est l’une des rares ou unique femme qui s’est démarquée dans ce métier fait par les hommes.

Elle fait la cordonnerie depuis plus de 10 ans, d’abord en ville de Butembo, puis Beni, juste après la mort de son père biologique, pendant que cette dernière avait encore le jeune âge.

Handicapée physique de son état, cette femme se trouve incapable de réaliser certaines tâches, ce qui l’a d’ailleurs poussée à faire la cordonnerie pour son gagne-pain, même si les femmes s’en méfient à Beni.

Elle répare, fabrique et lave les souliers dans le balcon d’une maison appartenant à autrui, sur la rue de l’Eglise Jésus-Christ est la seule solution (JSS) au Quartier Tamende.

 » Je veux être modèle à des femmes qui attendent tout de leurs maris. Je veux leur prouver que la femme doit aussi se prendre en charge. Surtout les femmes non mariées qui préfèrent vivre de la mendicité au lieu de travailler. Elles se sous-estiment sous prétextes que certains métiers[ndlr: la cordonnerie] appartient aux hommes. Moi je vis de la cordonnerie depuis que mon père est mort alors que j’étais encore moins âgée. Maman ,à son tour était malade et je suis restée espoir de notre famille, ce qui m’a motivée de chercher un métier à moindre capital… », a-t-elle expliqué.

Loin de s’adresser aux femmes en général, cette infirme invite les personnes vivant avec handicap de se choisir un métier comme source de revenu et non de vivre la mendicité dans la ville. Elle est convaincue que le handicap ne pas un défaut mois encore une maladie mais un état normal qui ne peut empêcher de se débrouiller.

Elle se sent butée au défi, selon le quel, les clients abandonnent leurs souliers pendent un long moment, ce qui préjudicie le bon fonctionnement de sa profession. Elle rêve de louer une chambre pour lui permettre de bien faire son travail.

Delphin Mupanda

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.