jeudi, février 2

Beni : plusieurs disputes dans des couple, des divorces, des séparations de familles sont dûs au mariage forcé selon maître Isabelle Namwezi

Le mariage forcé c’est parmi les infractions des violences sexuelles, les hommes comme les femmes sont victimes de cette forme de violence sexuelle et basée sur le genre VBG, elle est fréquent dans la communauté et souvent non dénoncée.

Selon maître Isabelle Namwezi, le mariage forcé est souvent provoqué par les grossesses précoces ou indésirables, le tribalisme et même la classe sociale. La plus part de ces mariages ont beaucoup de conséquences et ne dure pas même si ils ont déjà eu des enfants.

La loi dit que vous devez conclure le mariage avec une personne de votre choix, en cas du mariage forcé la loi sanctionne le coupable d’un an de servitude pénal. Quand une fille tombe enceinte, il est bon que la famille du garçon prenne en charge la grossesse car la grossesse c’est une affaire civile et elle n’est pas une infraction.

Selon le code de la famille il y a mariage si la personne a dix-huit (18) ans, et qu’il y a consentement de deux parties et que la dot soit versée chez la famille de la fille dans le cas contraire c’est un mariage forcé. Le taux de mariage forcé est élevé en ville de Beni, a dit Maître Isabelle Namwezi.

Le consentement libre de deux parties constitue l’élément essentiel du mariage à conclut notre source. Signalons que la RTR accompagne les seize (16) jours d’activisme contre les violence sexuelles et basées sur le genre.

Lysa Bisimwa

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *