dimanche, novembre 27

Beni : les « SANGABALENDE », des ADF bis qui tuent dans le Ruwenzori (Tribune de Fred MASTAKI)

Il s’agit d’un phénomène qui a pris ses identités dans le secteur de Ruwenzori en territoire de Beni au Nord-Kivu à l’Est de la république démocratique du Congo. Ce phénomène est entretenu par un groupe des jeunes biens connus dans la région sous le nom de « SANGABALENDE », un nom d’un club de la république démocratique  du Congo au Kasaï.

Les SANGABALENDE ses déguisent en ADF
Pour réussir leurs missions dans ce coin du territoire de Beni, ces jeunes constitués essentiellement des jeunes taximen, utilisent les modus operandi que les ADF, ils s’habillent en soutanes, ils sont porteurs des armes blanches et à feu ; pour attribuer les faits aux rebelles ougandais ADF qui pullulent la région et qui sont auteurs de plusieurs cruautés faisant ainsi des milliers des morts et des déplacés. Les villages sont abandonnés par les habitants et les champs également.

Pour se faire, ils profitent de cette absence pour accéder dans les champs pour récolter les produits champêtres surtout les cacaos.
L’insécurité persistante dans cette partie, c’est un gain pour ces derniers qui, se transforment en ADF. Les cultivateurs et propriétaires des champs sont victimes de cette barbarie ; certains d’entre eux perdent leurs vies et d’autres sortent avec des graves blessures.

Les communes de Bulongo et Lume, les capitations Mabasimba, Kavughavugha…, les villages de Ntoma, Kisima, Halungupa, Loselose, la localité de Kilya ;…sont des originaires de ces jeunes qui sillonnent dans leurs villages qui font face à une ronde diurne que nocturne des rebelles ADF. Sous l’œil impuissant de l’autorité légalement établie dans cette partie de la province du Nord-Kivu, ces « SANGABALENDE » commettent des bavures et profèrent des menaces à l’encontre des paisibles cultivateurs victimes pratiquement des ADF.

Un groupe entretenu par qui ?

Des personnes connues dans la région sous les sobriquets de « BOSSI » commanditent cette délinquance des SANGABALENDE dans le secteur de Ruwenzori. La vie et cacaos ? ces jeunes octroient la peur aux diables pour affronter toutes les menaces avec leurs outils ou boucliers pour faire des incursions dans les champs qui semblent être non occupé. La moitié de la quantité maraudée est le grand prix de l’action menée.

Des embuscades tendues aux cultivateurs et des blessés. D’où trouvent-ils les armes des deux catégories évoquées ci-haut ? Une question menaçante mais très sinequanon pour bien élucider les lanternes. Ces jeunes comme, ils sont dotés du carburant pour rouler sur leurs motos, ils sont également dotés des machettes non seulement pour intimider ou décapiter les propriétaires des champs ; mais aussi pour couper les cabosses et comme la zone est aussi théâtre des affres et plusieurs soit éléments des forces armées qui tombent sur les champs d’honneur soit des ADF qui meurent sous la puissance des forces armées de la RDC dont les corps ne sont pas ramassés par les deux parties, les SANGABALENDES comme fils du terroir circulent dans les champs et tombent sur ces outils de guerre pour en découdre avec. Et donc le soutient est local.
Ne serait-ce pas une préparation d’un groupe armé ou des potentiels recrus dans les rangs des ADF?
Oui, une hypothèse à ne pas rejeter. C’est une preuve issue de l’organisation de ce groupe dans la région qui fait face à cette insécurité grandissante où certains cultivateurs sont retrouvés morts dans leurs champs. Déjà la constitution ou l’organigramme pas encore bien arrangée pousse à parler d’une préparation d’un groupe armé dans cette région déclarée rouge où certains de ces jeunes sont déjà introuvables. Où sont-ils ? Leurs cadavres ou leurs traces ne sont pas repérables.
Où des potentielles recrues dans les ADF ?, les ADF qui ont besoin de prolonger leurs chaînes des recrues dans divers domaines peut s’appuyer sur cette nouvelle méthode pour exécuter son plan terroriste dans cette partie de la RDC ; profitant de ces aptitudes et les pratiques d’apprentis aux modes opératoires des ADF, ces SANGABALENDE joueront un rôle important dans les rangs de ce mouvement tantôt présumé ADF, tantôt ADF, tantôt ADF/NALU tantôt ADF/MTM. Et surtout que la zone est réputée collaboratrice des ADF dans différents rapports des forces armées de la RDC et ça sera la confirmation des hypothèses : béquilles ou collaborateurs des ADF tel que déclaré régulièrement par l’armée de la RDC.

Faudra-t-il attendre que la situation s’envenime ?
La réponse à cette question, reste basée sur le principe « Vaut mieux prévenir que guérir ».

Partager

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *