dimanche, mars 3

Beni-Insécurité : des écoles des Bashu en baisse d’effectifs d’élèves

Les effectifs des élèves sont revus à la baisse dans différentes écoles primaires et secondaires fonctionnant dans la chefferie des Bashu dans la sous-division de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Technique (EPST) de Kyondo, c’est dans le territoire de Beni.

Constat fait lundi 14 février 2022 lors d’une ronde effectuée dans ces établissements scolaires où l’insécurité dans la région est la principale cause de cette baise d’effectifs à en croire les responsables de ces écoles.

Dans un entretien avec la rtr-beni.net, les chefs d’établissements ont fait savoir que plusieurs apprenants ont jugé mieux de quitter la zone pour d’autres entités où ils se sont inscrits. Paluku Makasani, doyen des professeurs à l’Institut Semuliki, une école du groupement Isale-Bulambo parle d’une baisse d’effectifs à près de 40% au sein de cet établissement scolaire. Une même situation qui s’observe dans d’autres écoles de cette partie du territoire de Beni, suite à l’insécurité orchestrée par des groupes rebelles dont l’Allied Democratic Forces (ADF) et les miliciens maï-maï.

« Nous avons perdu beaucoup d’élèves au sein de nos institutions. Les élèves se sont déplacés vers d’autres milieux jugés sécurisés. Cette baisse d’effectif s’observe à plus ou moins 40% », a fait savoir Paluku Makasani.

À lui d’ajouter que cette insécurité plonge également les parents dans une insolvabilité, ces derniers n’ayant plus accès à leurs champs, unique ressources des revenus. Pour l’instant, il est encore difficile de compter cinq (5) élèves qui ont déjà payé même la moitié du premier trimestre, qui touche pourtant à sa fin regrette cet enseignant.

« La situation que nous vivons actuellement n’est pas bonne puisque les parents ne sont plus capables de payer même les frais scolaires de leurs enfants. C’est une insolvabilité qui s’observe maintenant ici dans notre milieu. Vraiment cette situation aura une répercussion sur l’avenir de s élèves qui ne sont plus stables, » a-t-il ajouté.

Le responsable de la sous division de l’EPST de Kyondo dit être saisi de cette situation qui prévaut dans cette partie suite à l’insécurité. Il plaide également pour le rétablissement de la paix dans la zone pour que les enfants reviennent dans leurs milieux. Il faut noter que suite aux différentes attaques enregistrées dans la chefferie des Bashu, plusieurs personnes ont abandonné la région et certains apprenants ont été contraints de s’inscrire dans les écoles de leurs milieux de déplacement alors que d’autres ont carrément abandonné les études.

Tsongo Kamala Bin-Phlégon

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *