vendredi, septembre 24

État de siège au Nord-Kivu, les forces vives alertent sur la porosité de la frontière congolo-ougandaise au niveau de Kasindi

C’est le secrétaire rapporteur des forces vives de Basongora qui a donné cette alerte ce samedi 15 mai à réaction à l’adresse, le vendredi dernier, de l’armée congolaise aux habitants du poste frontalier de Kasindi qui ont été appelés à plus de vigilance et de surveillance quant au mouvement des personnes au niveau de la frontière entre la République Démocratique du Congo et l’Ouganda.

Pour Kasereka Kathavira qui a soutenu cet appel du porte-parole des opérations Sukola1 Grand-Nord, au delà de cette vigilance de la population, l’armée doit résoudre le problème de porosité des frontières avec l’Ouganda à partir de Kasindi.
« Nous sommes d’accord avec l’adresse de l’armée aux habitants de Kasindi. C’est nous qui sommes bénéficiaires des opérations militaires que mènent nos militaires. Alors, nous devons aider nos services de renseignements à surveiller les mouvements des gens qui entrent au pays, nous qui sont à la porte du pays. Cependant, l’armée doit résoudre au plus vite le problème de porosité des frontières avec l’Ouganda. Nous l’avons plusieurs fois dénoncées. Maintenant, nous voulons que les autorités de l’État de siège agissent au plus vite quant à ce. L’Ouganda est parmi les pays qui nous agressent, c’est capital, de renforcer la surveillance aux différentes frontières avec ce pays, en commençant par Kasindi », a dit Kasereka Kathavira dans une interview exclusive à www.rtr-beni.net

Cet acteur de la société civile de Basongora, secteur de Ruwenzori, territoire de Beni, au Nord-Kivu a aussi rappelé aux nouvelles autorités des provinces de l’Ituri et du Nord-Kivu où l’État de siège a été institué depuis le 06 mai, que le temps de jouera pas à leur faveur.
« La course contre la montrée est déjà lancée. L’État de siège a une durée limitée. Ses autorités doivent se mettre au travail. Nous sommes impatients du retour de la paix », a-t-il poursuivi avant d’appeler le chef de l’État à nommer les dirigeants des entités territoriales décentralisées qui vont exécuter les plans de cet État de Siège

Serge Mulimani

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *