jeudi, juin 20

RDC, visite du Pape François : « L’avènement de Félix Tshisekedi au pouvoir est le fruit chaotique des élections en 2018 » (SYSOC)

A l’occasion de l’arrivée du pape François en République Démocratique du Congo, (RDC) la SYCOC se prononce à travers une déclaration politique d’où elle dénonce l’avènement de monsieur Félix Tshisekedi Tshilombo au pouvoir qui est le fuit chaotique des élections en 2018.

La SYCOC rappelle le tableau sombre vécu avec le régime en place depuis l’avènement de Félix Tshisekedi Tshilombo au poste du président de la République, notamment :

1) A ce sujet, le peuple Congolais et les fidèles catholiques se souviendront de la déclaration responsable de la CENCO faite à l’issue de la parodie électorale qui a dénoncé le fait que les résultats des élections de 2018 ne reflétaient pas la vérité des urnes;

2) En outre, sans vouloir remuer le couteau dans la plaie, le peuple Congolais et les fidèles catholiques ont encore dans leur mémoire les injures, les propos diffamatoires et irrévérencieux contre la personne de son Éminence Fridolin Cardinal Ambongo et la violation de son domicile du centre Lindonge à Kinshasa et la profanation des Eglises à l’intérieur du pays par des inciviques instrumentalisés par le pouvoir en place;

3) Le peuple Congolais et les fidèles catholiques se souviendront des humiliations subies par les Princes des Églises catholiques et protestantes de la part du régime actuel lors du processus de désignation unilatérale, partant sans consensus des membres de la commission électorale nationale indépendante (CENI) exclusivement issus de l’union dite sacrée de la nation;

4) Le peuple Congolais et les fidèles catholiques fustigent la volonté délibérée du pouvoir en place de réinstaurer une dictature feutrée, à travers les violations des droits fondamentaux des citoyens et des libertés individuelles, les repressions brutales des manifestations pacifiques;

5) Le peuple Congolais et les fidèles catholiques dénoncent avec véhémence le projet machiavélique du pouvoir en place de changer la constitution aux fins inavouées de maintenir monsieur Félix Tshisekedi au pouvoir.

La DYSOC rappelle que depuis l’accession de notre pays à l’indépendance, le 30 juin 1960, la RDC a connu deux visites majestueuses d’un pape, en l’occurrence le pape Jean-Paul II en 1982 et 1985.

A cette époque, la paix régnait sur toute l’étendue du territoire national. Bien plus, l’unité nationale était totalement garantie. Autrement dit, toutes les conditions liées à la stabilité des institutions à tous les niveaux, à l’existence d’un leadership politique exemplaire à la tête de l’Etat et à la sécurité des personnes et de leurs biens étaient réunies.

Ceci avait permis au peuple Congolais en général et aux fidèles catholiques en particulier, d’accueillir avec fierté, l’honneur, dignité et enthousiasme le saint Père sur le sol congolais, 37 ans après au regard de la crise socio-politique et économique profonde que traverse la RDC, la DYSOC s’interroge sur la nécessité, l’opportunité et l’importance de la visite projetée du pape François. La réponse à cette question est « Non » et les faits saillants qui démontrent les cinq points ci-haut cités.

Pour rappel, le pape François est attendu à Kinshasa et Goma pour ce mois de mars 2022, ont annoncé le gouvernement Congolais et l’Eglise catholique.

Luc Lukandjila

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *