lundi, décembre 5

RDC-ESU : S E Muhindo Nzangi a ouvert l’atelier du renforcement des capacités de l’agence nationale d’assurance qualité

C’est dans la matinée du lundi 16 août 2021 que S.E Muhindo Nzangi a officiellement donné le go de l’atelier du renforcement des capacités des agents de l’assurance qualité et à l’installation officielle de l’ANAQ.
Profitant de l’occasion, le patron de l’Enseignement Supérieur et Universitaire congolais a rappelé que son objectif est de ramener la qualité dans l’enseignement superieur. Objectif lui assigné par le président de la république, après sa nomination. Pour lui, le constat de la détérioration de la qualité de l’Enseignement est déplorable.
« Aujourd’hui, la course aux diplômes est devenu l’objectif principal des apprenants. Tout le monde veut être diplômé au point qu’on commence à se poser des questions sur la valeur des diplômes », fait-il remarquer à l’assistance, avant d’indiquer que l’ANAQ fait partie « des pistes permettant le contrôle de la qualité dans les établissements d’enseignements ». Elle doit bien fonctionner et s’approprier les conclusions de la mission d’audit organisationnel et de contrôle de scolarité lancé dans tout le pays avec près des 47 délégations.
Illustrant le désordre qui gangrène l’Enseignement Supérieur, le patron de l’ESU renseigne que dans l’un des rapports lui transmis par les missionnaires à Durba où certains établissements non viables ont fermés leurs portes avant l’arrivée des missionnaires et que les universités sont devenues des ligablos, a-t-il déploré.
« C’est à nous de trouver une voie de sortie. Nous présenterons les résultats de ces audits dans les états généraux. Nous n’allons rien ajouter, et rien retrancher ça sera à vous de décider. J’aimerais que ça soit une décision collective », a ajouté le ministre tout en précisant que : « Le grand problème se pose dans les grands établissements privés, certains se démarquent, mais beaucoup font n’importe quoi. Dans les établissements publics, les professeurs se comportent en mercenaire, lorsqu’ils sont dans les privées, ils ne font pas payer les syllabus, ni les travaux pratiques mais dans les publics où ils sont payés tous les mois, ils se comportent en mercenaire ».
Il sied de préciser que cet atelier de renforcement des capacités de l’agence nationale d’assurance qualité se tient avec l’appuie de PEQPESU, Projet d’Education pour la Qualité et la Pertinence des Enseignements aux niveaux Secondaire et Universitaire.
Cellule de communication
Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *