dimanche, mars 3

Mambasa : une dizaine de civils tués par les présumés ADF et plusieurs portés disparus à Manziya et Banzunzuwa

Une dizaine de civils ont été tués par les présumés rebelles de forces démocratiques et alliés (ADF) au niveau des villages Banzunzuwa, en groupements Bangole, Manziya et Mambembe sur l’axe Bella-Biakato, chefferie des Babila-Babombi au sud de Mambasa, dans le territoire de Mambasa, en Ituri.

D’après certains habitants de la contrée abordés ce lundi par la rédaction de rtr-beni.net, ces rebelles auraient pris d’assaut le village Banzunzuwa, où ils auraient enlevé des civils agriculteurs. Ils ne se sont pas arrêtés à ce niveau, ils ont poursuivi leur salle besogne au niveau du village voisin de Manziya sur la RN 44 entre les villages de Ngwaba et Makumbu sur l’axe Bella-Biakato.

Selon la société civile de Mambembe à travers son président Penzeli, ces rebelles au niveau de Manziya auraient incendié une moto et exécuté des civils puis enlever d’autres en pillant les biens de la population.

« La situation est restée confuse à Manziya. Jusqu’à présent, on vient de récupérer du lieu de drame onze (11) corps des civils tués originaires de Njiapanda-Bella du côté Ituri et d’autres victimes sont originaires de la commune rurale de Mangina au Nord-Kivu. Ces 11 dépouilles mortelles viennent d’être acheminées au centre de santé de référence de Mangina. Par rapport à ça, ce bilan reste provisoire et nous ne savons plus le vrai nombre de civils portés disparus », a-t-il indiqué.

Ce bilan provisoire de onze (11) civils tués et d’autres portés disparus est aussi confirmé par Janvier Musoki Kinyongo, chef de groupement de Mambembe.

Cette énième attaque simultanée des présumés ADF a perturbé le trafic routier tout l’avant-midi sur l’axe Bella-Biakato avant de reprendre l’après-midi après une opération de fouilles menée par les forces de défense.

Notons que c’est depuis près de deux (02) mois que l’ennemi ADF circule sans inquiétude dans le triangle environnant les villages Biakato-Makumo-Mantumbi et ce dernier ne cesse de commettre des exactions contre des civils.

Yves Romaric Baraka

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *