lundi, décembre 5

Sud-Kivu : crise à l’ISTM Baraka, Alembe Pelepele appele les autorités académiques et les étudiants à trouver une solution paliative

Au moment où les activités académiques sont toujours paralysées à l’Institut Supérieur Médical (ISTM) Baraka au Sud-Kivu, suite aux contestations des étudiants et certains membres du corps académique de cette institution de l’Etat de la présence de leur Directeur Général (DG) légalement reconnu par le ministère de l’enseignement supérieur et universitaire (ESU) à la personne du professeur Rene Muzaliwa Masimango, les réactions fusent toujours de partout.

Ce dimanche 29 août 2021, le fils du terroir Monsieur Alembe Pelepele Yann pense que c’est plus évident que les autorités académiques et leurs étudiants se mettent sur la même table pour trouver une solution paliative dans cette affaire qui leur divise afin de poursuivre avec leurs activités académiques.

« Depuis que ce dossier a commencé jusqu’à ce jour ça me choque parce que ça fait honte lorsque les gens qui revendiquent leurs droits et que d’autres part on ferme les oreilles, on fait semblant comme si ceux-là qui les réclament ce sont des sous hommes chers compatriotes celà n’est pas du tout bon », a-t-il déclaré.

Pour lui c’est une sous estimation aux étudiants qui revendiquent leurs droits.

« Les étudiants de l’ISTM Baraka s’ils refusent leur DG, c’est leur droit vu ses irrégularités bien que c’est de la compétence du ministère de l’enseignement supérieur et universitaire (ESU), comme le maire de la ville a mis hier autour d’une même table le directeur général ainsi que son secrétaire général académique à mon avis on pourrait également inclure les étudiants pour trouver une solution durable et un consensus qui ne va pas laisser les étudiants », a -t-il ajouté.

L’arrestation de certains étudiants et du personnel académique de ce même établissement la fois dernière par les éléments de la police nationale congolaise (PNC) lors d’une marche pacifique jusqu’à ce que les uns avaient passé nuit dans le cachot avant qu’ils soient libérés après interventions des uns et des autres, préoccupe au plus haut niveau l’ancien coordinateur national du mouvement citoyen « Haki Zetu » qui selon lui, on n’est pas dans une dictature plutôt dans une démocratie où les gens ne doivent plus être torturés innocemment.

Refusé par ses étudiants deux ans maintenant suite à sa mauvaise gestion et certaines caprices immorales d’après les grévistes, le Professeur Rene Muzaliwa Masimango a regagné Baraka en provenance de Kinshasa sur décision de ses autorités supérieurs.

Précisons que pendant son absence, l’institution était sous gérance de son secrétaire général académiques, monsieur Moshi Mbokani.

Luc Lukandjila

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *