jeudi, février 2

Opérations conjointes FARC-UPDF : 70 otages délivrés des mains des ADF en un trimestre

Les forces coalisées de la République Démocratique du Congo et de l’Ouganda ont libéré près de soixante-dix (70) civils qui étaient pris en otage par les terroristes des forces démocratiques et alliées (ADF/MTM) dans les territoires de Beni au Nord-Kivu et d’Irumu en Ituri.

Ces données sont contenues dans un post du porte-parole de ces forces conjointes (FARC-UPDF), le lieutnant-colonel Mak Hazukay mardi 27 décembre 2022.

Le speaker des forces coalisées regroupées au sein des opérations militaires dites « Usujaa » fait savoir que, la libération de ces désormais ex-otages est intervenue à la suite des offensives lancées contre ces rebelles simultanément dans ces deux territoires dans l’Est de la RD Congo.

Outre la libération des civils, les forces armées congolaise et ougandaise ont mis la main sur plusieurs rebelles en errance et neutralisé plusieurs autres lors de la destruction de leurs bastions à Mughalika (Territoire de Beni) et Beu (Territoire d’Irumu) par l’artillerie et les frappes aériennes, au cours de ce dernier trimestre de l’an 2022.

De plusieurs opérations militaires menées depuis une décennie dans la région contre les rebelles de l’ADF, celle-ci semble avoir réduit la capacité de nuisance ces terroristes qui sont responsables de la mort de plusieurs milliers des personnes, de la disparition de plusieurs autres et du déplacement des milliers des civils sans compter d’innombrables dégâts matériels ainsi que des crimes contre l’humanité qu’ils ont commis depuis 2014 dans la région contre les populations civiles.

Notons que, les opérations militaires conjointement menées dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri contre les rebelles de l’ADF sont parmi les résultats de la coopération bilatérale entre la RDC et l’Ouganda par le biais des Présidents Félix Tshisekedi Tshilombo (RDC) et Yoweri Kaguta Museveni (Ouganda).

Elles ont été lancées depuis le 30 novembre 2021 à partir de Kamango (cité frontalière) entre l’Ouganda et la RDC par des frappes aériennes qui avaient causé plusieurs pertes humaines et matérielles dans le rang de ces terroristes.

Serge Mulimani depuis Kasindi

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *