dimanche, novembre 27

Nord-Kivu : « Nyiragongo, notre mère d’un Dieu » (Poème de M. Paluku)

MAGLOIRE PALUKU

Nyiragongo, notre mère d’un dieu ;
Toi la Nyinya wa Ongo qui fume,
Toi qui tues et qui enrichies
Je viens à tes pieds lancer une prière,
Une prière d’offrande blanchie
Nous n’avons plus la jeune vierge à jeter dans tes parvis
Le taureau pour calmer ta colère s’est évadé dans notre anarchie.

Nyiragongo, notre mère d’un dieu ;
Toi qui sur nous tes enfants craches du feu
Du feu qui arrose la terre
Tu laboures notre sol en transformation Transformation d’engrais sous ta colère
Tu nous engouffre dans le ventre du monde,
Nous crions notre misère
Tu passe sur nos maisons en protégeant le roi, Son cimetière est un patrimoine.

Nyiragongo, notre mère d’un dieu ;
Toi la Nyinya wa Ongo qui rassemble,
Qui rassemble les tribus antagonistes
Dans ton enclos Hunde, Hutu, Tutsi, Kumu, Parfois Nande existent
Les fils de ton nombril se disputent,
Une descendance et un as persistent
L’un règne et tue le rejeton,
Il a l’arme des intrus « collinistes… »

Nyiragongo, notre mère d’un dieu ;
Ta première colère a duré 50 ans ,
50 ans dans le décor d’un parc universel
Ta deuxième colère nous a donné une compassion et une télévision de zèle
Ta troisième colère nous a accompagné contre une rébellion circonstancielle
Notre prière est que tu nous épargne de la prochaine promenade de ton feu cruel.

Nyiragongo, notre mère d’un dieu ;
Toi qui fume le jour pour nous assurer,
Nous assurer ton calme,
Un ton qui étonne pour voir
Toi qui gronde et honore nos nuits
L’étranger paye afin d’admirer tes soirs
Tu nous donne de la pierre basalte,
Construire sur du méthane pour gas-oil
Tu es à observer, à dessiner, à photographier,
Tu es à enseigner, à scruter au miroir.

Nyiragongo, notre mère d’un dieu ;
Quand dans ta prochaine colère tu décideras, Tu décideras de nous décimer,
Quand sur ton joli trapèze une nuée,
Une nuée s’échappera pour confirmer
Quand dans tes cuves la désastreuse bouillie, La bouillie en lave sera prête à tout consumer
Jette un dernier coup d’œil sur nous,
Enfin et sur la ville, avant de te décider.

Nyiragongo, notre mère d’un dieu ;
Tu es les 10 et 17 janvier 77 et 02 de nos souvenirs, te voilà encore ce 22 Mai 2021

Tu es notre bonheur de nature
Tu es notre ennemi des mésaventures
Tu es notre union sacrée des cultures
Tu es sur qui nous avons bâti nos futures.

MAGLOIRE PALUKU ( Écrit le 17 Janvier 2018)

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *