jeudi, février 2

Nord-Kivu : La GBB encadre une trentaine de femmes pour leur autonomisation à Goma

Au total trente-huit (38) femmes et jeunes filles ont bénéficié d’une formation en coupe et couture, et entrepreneuriat en ville de Goma, chef lieu de la province du Nord-Kivu. Il s’agit du don de l’organisation Génération Bénie pour Bénir, GBB en sigle en collaboration avec Harvest Africa.

La cérémonie de remise des matériels aux personnes encadrées a eu lieu vendredi 02 décembre 2022, dans la ville touristique de Goma.

Pendant six (6) mois, cette structure humanitaire indique avoir pris en charge des femmes et filles vulnérables, dans la réinsertion socio-économique de la femme victime de violences, dont l’entrepreneuriat.

« Nous avons pris en charge des femmes vulnérables. Elles ont été formées, elles sont déjà capables de pouvoir coudre. Aujourd’hui nous venons de leur donner de kits de réinsertion, dont une machine à coudre avec tous les matériels, les pagnes qui leur permettent, chacune même en étant chez elles, à faire quelque chose. Nous prenons les filles orphelines, les filles qui ont été victimes des violences basées sur le genre et nous prenons également beaucoup d’autres femmes qui sont abandonnées, qui n’ont pas de soutien, qui n’ont pas pû évoluer avec des études. Nous souhaitons que tout le monde aussi le fasse. Par ce que, nous savons que nous ne prenons pas toutes les femmes qui sont, dans cette situation. Nous encourageons toutes les autres organisations à pouvoir nous emboîter le pas, pour essayer un peu de soulager la souffrance des personnes en situation difficile« , a dit Daniel Kalimbiro, coordonnateur de la Génération Bénie pour Bénir.

Ayant bénéficié des matériels de la coupe et couture après cette formation, les bénéficiaires se sont dit satisfaites et promettent d’appliquer ce, dont elles ont appris.

« Pendant ces six (6) mois que je vienne de réaliser à la GBB, je sais déjà coudre et d’ailleurs ces habits que je porte ici, c’est moi qui les ai cousu. En plus de celà, j’ai su comment une femme peut se prendre en charge, dans le petit commerce, à travers le cours de l’entrepreneuriat. Je peux ouvrir un atelier, partout où je vais, car j’ai déjà un brevet de la formation. Au paravent, je ne savais pas coudre, même exercer un commerce je ne savais pas. Aujourd’hui je suis prête à me prendre en charge« , a indiqué cette femme, mère d’un enfant.

Il sied de noter que cette activité entrait dans le cadre de la célébration des activités de seize (16) d’activismes contre les violences faites aux femmes et jeunes filles, en province du Nord-Kivu.

Jocel Biryeka, depuis Goma

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *