vendredi, décembre 2

Lac Édouard : des pêcheurs congolais libérés de prisons ougandaises puis remis à leurs autorités nationales

Au moins 36 pêcheurs ont été libérés des prisons ougandaises et remis aux autorités congolaises ce lundi 09 août 2021 au poste de Kasindi, territoire de Beni au Nord-Kivu.
Il s’agit des pêcheurs originaires des pêcheries de Kyavinyonge et Nyakakoma, respectivement dans les territoires de Beni et Rutshuru au Nord-Kivu.
Ils avaient été arrêtés par la marine ougandaise après avoir violé la limite liquide des eaux du lac Édouard que la république démocratique du Congo et l’Ouganda se partagent.
Au poste frontalier de Kasindi, ces pêcheurs ont été remis au chef du groupement Basongora qui a représenté le gouvernement congolais.
A leur réception par le chef du groupement Basongora, Monsieur Kasereka Wavene Clovis a remercié la bonne volonté des autorités ougandaises qui ont accepté la demande des autorités congolaises. Il en a profité pour appeler les pêcheurs congolais à respecter les règles de pêche pour éviter de se faire arrêter à tout moment par la marine ougandaise.
« Nous avons 75% des eaux du lac Édouard, l’Ouganda n’en a que 25%. C’est donc illogique que nos pêcheurs soient toujours arrêtés du côté congolais. Nos pêcheurs doivent respecter la limite même si elle est encore liquide », a-t-il dit.
De son côté, le représentant des pêcheurs congolais de la pêcherie de Kyavinyonge, Monsieur Mbusa Kavasia Noé a quant à lui déploré que les pêcheurs ont été libérés sans leurs matériels de pêche et que plusieurs d’autres restent encore en prison en Ouganda.
 » On a libéré seulement 36 pêcheurs alors qu’il y a plus de 150 autres et plus de 200 cents matériels de pêche saisis. Nous demandons aux autorités de deux pays de libérer tous les pêcheurs et tous les matériels de pêche « , a lancé le représentant des pêcheurs de Kyavinyonge.
Selon le représentant des autorités ougandaises, ces matériels leur seront remis incessamment. Profitant de son entretien avec notre rédaction, il a appelé les pêcheurs congolais et ceux de l’Ouganda à respecter les réglementations en matières de la pêche pour éviter d’être tout le temps arrêtés et mis en prison.
Cette libération est le fruit de la coopération des autorités de deux pays, a indiqué le délégué des autorités ougandaises.
Serge Mulimani
Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *