samedi, mars 2

Kinshasa : l’opposition reporte sa marche pacifique prévue ce 13 mai pour le samedi 20 mai prochain

La marche pacifique de l’opposition Congolaise qui était prévue pour le samedi 13 mai en ville province de Kinshasa vient d’être reportée par ses organisateurs en date du 20 mai prochain.

Dans une lettre du 12 mai 2023 adressée à Monsieur le Gouverneur de Province de Kinshasa, Gentiny Ngobila Mbaka signée conjointement par les Secrétaires Généraux de l’opposition dont, le professeur Devos Kitokon de l’ECIDé, Dieudonné Bolengetenge d’Ensemble, Franklin Tshiamala de LGD et Nzakuna Ndusi Yisedi d’ENVOL parvenue à la rédaction de rtr-beni.net, les opposants Congolais disent résoudre la demande de l’autorité Provinciale de la Capitale Congolaise qui avait reporté en premier cette marche pacifique pour des raisons sécuritaires.

 » Monsieur le Gouverneur, consécutivement à nos correspondances du 27 avril et 08 mai 2023, relatives à l’organisation à Kinshasa d’une marche pacifique projetée initialement le 13 mai 2023, vous nous avez fait connaître votre position de reporter cette marche au jeudi 18 courant à l’occasion de notre séance conjointe de travail du 11 mai 2023 à l’hôtel de ville de Kinshasa, évoquant essentiellement des impératifs sécuritaires, » écrit l’opposition.

Par ailleurs, ces opposants Congolais sollicitent les dispositions sécuritaires de la part de l’autorité Provinciale au moment de leur activité.

 » Soucieux de préserver un climat de paix ainsi que la bonne organisation de ladite marche, et respectueux des vies et de la quiétude de nos Compatriotes, nous portons à votre connaissance que nous avons résolu de reporter notre marche au samedi 20 mai 2023, de manière à vous féliciter l’optimisation de vos dispositions sécuritaires« , ont-ils poursuivi.

Rappelons que, la marche de l’opposition Congolaise vise à dénoncer les irrégularités du pouvoir en place, non à l’organisation des élections précipitées et non crédibles et transparentes, non à la CENI de Kadima, l’insécurité dans l’Est du pays, l’arrivée et la présence des groupes militaires étrangères dont l’EAC et la SADC.

Luc Lukandjila

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *