jeudi, février 2

Irumu : “L’armée Congolaise neutralise un présumé milicien Maï-Maï et capture un autre à Mambelenga” ( CRDH)

Un présumé milicien Maï-Maï a été tué et un autre capturé par les militaires des Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) dans le village de Mambelenga en territoire d’Irumu dans la province de l’Ituri au Nord-Est de la RD Congo.

La nouvelle a été livrée lundi 09 janvier 2023 à la rédaction de la rtr-beni.net par Christophe Munyanderu, coordonnateur de la Convention pour le Respect des Droits Humains (CRDH/Irumu).

Selon lui, le fait s’est passé le samedi 07 janvier dernier lorsque ces miliciens ont abattu un militaire des forces armées de la RDC et voulaient attaquer d’autres positions des forces loyalistes, a souligné le capturé.

“Les Forces Armées de la République Démocratique du Congo ont réussi à neutraliser un Maï-Maï et capturé un autre dans le village de Mambelenga, c’est après que ces derniers aient récupéré une arme AK-47 d’un militaire qu’ils ont tué à Kidepo. Ils préparaient les attaques contre les positions des militaires dans cette zone, des informations confirmées par le capturé », a indiqué Christophe Munyanderu.

Cependant, le coordonnateur de la CRDH/Irumu indique que selon les dires du capturé, ces miliciens Maï-Maï sont financés par les acheteurs de cacao. C’est ainsi que, il recommande l’implication des autorités provinciales afin de suspendre la vente de ce produit champêtre dans la région.

“Effectivement, ils sont financés par les acheteurs de cacao, nous avons toujours dit que ce produit est aussi à l’origine de tueries. Il y aurait une complicité avec ceux qui sont entrain de récolter les cacaos dans ces champs qui sont abandonnés par les propriétaires. Nous pensons qu’il faut suspendre le marché de ce produit car plusieurs jeunes se font passer à des ADF pour tuer les propriétaires des champs et à leur tour sont entrain de récolter ce produit champêtre”, a-t-il ajouté.

L’ONG CRDH, antenne d’Irumu lance un appel vibrant message aux jeunes du territoire d’Irumu de ne plus s’enrôler dans les groupes armés mais plutôt collaborer avec les Forces Armées de la République Démocratique du Congo afin de traquer les rebelles qui endeuillent la province de l’Ituri.

Yves Romaric Baraka

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *