lundi, décembre 5

Irumu : « Ceux-là qui tuent des civils ne sont pas inquiétés et traqués, mais celui qui réclame sa sécurité est une cible d’intimidations et des menaces des autorités territoriales » (Kyaghanda Yira)

Les membres de l’Association culturelle Yira dénoncent des intimidations et menaces des autorités locales du territoire d’Irumu en Ituri aux personnes qui réclament leur sécurité, pourtant ceux qui tuent la population ne sont pas inquiétés ni traqués par les mêmes autorités.

Selon eux, ces menaces font suite à une grève illimitée déclenchée par les membres de cette communauté en territoire d’Irumu depuis jeudi 17 novembre 2022 où ses activités restent fermées notamment les boutiques, shop, officines pharmaceutiques,…une situation qui impacte négativement à la vie de la population locale qui manque où se ravitailler en vivres et non vivres.

« La matinée du jeudi début de notre grève, notre président a été interpellé par les services de sécurité à Komanda où il a été devant les autorités qui lui ont promis la prison et dire qu’ils vont scelléser les portes de nos boutiques de ceux-là qui ont accepté de fermer. Une autre réunion s’est tenue à l’hôtel Karibuni Bunia à l’issue de cette réunion une décision a été prise pour arrêter notre président. Nous n’allons pas céder à ces menaces et intimidations des autorités, nous réclamons notre droit. Que ces autorités partent inquiéter et traquer ceux qui tuent nos membres pas ceux qui réclament leur droit, » a dit à rtr-beni.net un membre de la communauté Yira.

Et d’ajouter : “Nous appelons aux autorités militaires particulièrement l’administrateur du territoire et toute sa ceinture de sécurité de cesser à intimider nos membres. Nous sommes dans notre droit selon la constitution. nous alertons l’opinion nationale et internationale que le président de la communauté Yira, territoire d’Irumu province de l’Ituri est en danger et si quelque chose de mal arrive c’est à cause de ces membres qui réclament leurs propres sécurité aux services compétents.”

Il sied de signaler que cette communauté a décrétée une grève sèche sur toute l’étendue du territoire d’Irumu suite aux tueries répétitives par la milice “Chini ya Tuna” dans la chefferie de Walese-Vonkutu.

Rédaction

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *