jeudi, juin 20

Conflits de limites sur le lac Édouard : un échange fructueux entre la société civile de Kyavinyonge et les autorités militaires de la RDC et de l’Ouganda

Les conflits de limites sur le lac Édouard entre les pêcheurs de la République Démocratique du Congo et la force de l’armée Ougandaise (UPDF) était au menu d’un échange fructueux entre la société civile de Kyavinyonge, les autorités militaires de la RDC et de la République de l’Ouganda.

D’après le capitaine Antony Mualushayi, porte-parole du secteur opérationnel Sokola 1 qui a livré la nouvelle mardi 30 janvier 2024 à la rédaction de rtr-beni.net renseigne que plusieurs structures de la société civile de Kyavinyonge en chefferie des Bashu, dans le territoire de Beni au Nord-Kivu, ont échangé mardi 30 janvier 2024 avec la délégation de l’état-major du secteur opérationnel Sokola 1 Grand Nord conduite par le Colonel Okoko Bokeon, commandant secteur opérationnel adjoint en charge des opérations et renseignements.

« Jusque tard dans la nuit, les représentants de la population de Kyavinyonge ont eu le temps d’étaler tous les problèmes qui sont à la base des conflits entre les pêcheurs Congolais et les militaires Ougandais sur le lac Edouard », a martelé cet officier militaire de l’armée Congolaise.

Précisons que cet échange s’est déroulé en présence d’une délégation des officiers militaires Ougandais, les habitants de Kyavinyonge ont émis le vœu de voir les relations s’améliorer entre les deux camps.

Les deux parties (Congolaise et Ougandaise) ont promis de faire rapport à leurs hiérarchies respectives pour que les personnes soient relâchées et les matériels saisis soient restitués et qu’une solution durable à se problème de violation de limites maritimes par les exploitants du lac Edouard soit trouvée.

Rappelons que plusieurs problèmes sont à la base des conflits et l’insécurité dans la cité de Kyavinyonge entre autres : violations répétitives des limites du Parc National des Virunga par les cultivateurs et la multiplication des groupes armés.

Yves Romaric Baraka

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *