vendredi, juillet 12

Beni : une dizaine de civils exécutés par des combattants ADF près de Mamove

Des personnes majoritairement des agriculteurs ont été tuées dans la matinée du jeudi 06 juin 2024 dans trois (03) villages du secteur de Beni-Mbau, en territoire de Beni, au Nord-Kivu. D’après Kinos Katuo, président de la société civile en localité des Babila-Bakaiku qui parle d’un bilan encore provisoire de treize (13) corps des civils qui ont été découverts ce même jeudi dans trois villages différents.

« Ce jeudi 06 juin 2024, dans la matinée, les ADF ont encore tués sept (07) personnes à Makodu, trois (03) à Kal-Mango et trois (03) autres au village Pasia, c’est dans la localité de Babila-Bakaiku, en secteur de Beni Mbau. Au total, treize (13) personnes ont été tuées dont sept (07) hommes et six (06) femmes, cela aux côtés de plusieurs autres portés disparus », a-t-il déclaré.

Cet acteur des forces vives parle aussi d’un combattant ADF qui serait tué lors de la poursuite des assaillants par les FARDC. Aucune source militaire n’a jusque-là parlé de la neutralisation de cet élément ADF dans la zone.

Kinos Katuo appelle l’armée Congolaise à intensifier des opérations militaires près de la rivière Samboko en lisière avec la province de l’Ituri où ces combattants se seraient rétractés a-t-il dit.

« Il y a au moins quatre jours depuis que l’armée Congolaise en coalition avec les forces onusiennes ont lancé l’opération dite
« ChengGong » que nous qualifions d’opération fantôme car rien n’est visible sur terrain. Tout en saluant les opérations conjointes FARDC-UPDF qui s’effectuent en Ituri près du Nord-Kivu. Nous recommandons aux forces de sécurité de faire un mur de protection en implantant des positions militaires au bord de la rivière Samboko car l’ennemi se balade librement vers Makakwa, Kangayi et Mabuo »
, a-t-il renseigné.

Il demande par ailleurs à la population de se désolidariser d’avec les combattants ADF et leurs supplétifs.

Vendredi 07 juin, un des corps des victimes venu du village Pasia a été déposé à la morgue de l’hopital général de référence d’Oïcha. Un jeune garçon habitant d’Oïcha qui s’est sauvé de justesse lors cette attaque affirme avoir vu trois (03) autres personnes tuées au village Pasia, près de Manyama-Beu qui gisent au sol.

Il dit s’etre enfui dans la brousse après que son ami a été tué par balle en plein chemin. Ce rescapé s’inquiète du sort des autres trafiquants de ce tronçon qui venaient par derrière en bord des motos.

La plupart de victimes tuées ce jeudi sont habitantes de la commune d’Oïcha car outre le corps amené ce vendredi, d’autres ont été ramenés l’apres-midi du jeudi 06 juin dernier.

Moïse Madusu

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *