jeudi, août 11

Beni : suite à l’absence des morgues dans la zone de santé de Vuhovi, les habitants gardent et manipulent les dépouilles mortelles à domicile dans le Bashu

La zone de santé de Vuhovi, située dans la chefferie des Bashu en territoire de Beni au Nord-Kivu (Est de la RDC) ne dispose pas de morgues pour la conservation des cadavres. La population locale qui s’en inquiète, craint une propagation des diverses maladies. Cette population qui parle d’une difficulté de conserver les corps dans cette zone de santé plaide pour l’érection de la morgue dans cette entité.

Dans un entretien nous accordée mardi 21 juin 2022 à Bashu, les habitants font savoir qu’ils sont obligés de garder et de manipuler les dépouilles mortelles à domicile, ignorant tout danger de contamination au cas où le défunt souffrait d’une maladie contagieuse.

Faute de absence de morgue dans cette zone, les habitants des Bashu inhument leurs proches le jour même, car n’ayant pas des endroits appropriés pour la conservation de leurs corps.

Cette population fait savoir que seules certaines familles ayant des moyens suffisants, peuvent acheminer les corps de leurs proches en ville de Butembo pour la conservation, en attendant le programme de son inhumation.

« Dans notre zone de santé de Vuhovi, les corps sont conservés dans des maisons. Quand ils quittent l’hôpital, nous sommes obligés de le conserver dans la maison car nous disposons pas des morgues. Si une personne meurt, nous sommes obligés de l’inhumer le jour même. Celui qui veut attendre les membres de sa famille venant des autres entités éloignées d’ici est obligé d’amener le corps dans une morgue à Butembo« , ont fait savoir les habitants des Bashu.

Ces derniers, craignent qu’ils attrapent diverses maladies. C’est ainsi qu’ils plaident auprès des autorités compétentes de doter la zone de santé de Vuhovi d’une morgue pour bien protéger les corps et épargner la population contre toute contamination.

« C’est un danger que court la population vue cette crise sanitaire que nous traversons actuellement. Que les autorités nous aides en nous dotant d’une morgue car notre hôpital connaît maintenant une forte fréquentation. Qu’elles nous construisent une morgue, » ont-ils plaidé.

Il faut noter que cette zone dessert une population de plus de 20 mille habitants avec une dizaine de centres de santé et un hôpital général de référence.

Le médecin chef de zone de santé de Vuhovi, Docteur Nzanzu Malambu, reconnaît cette situation qu’il qualifie même d’urgence. Il rappelle également que cette zone de santé est un milieu à haut risque par rapport aux épidémies.

Tsongo Kamala Bin-Phlégon

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.