mardi, août 9

Beni : reprise très timide des activités scolaires ce Lundi, au poste frontalier de Kasindi

Les activités scolaires sont restées paralysées dans les écoles de Kasindi, un poste frontalier situé à la frontière entre la RDC et l’Ouganda, en territoire de Beni, au Nord-Kivu, ce Lundi 19 avril 2021.

Pourtant, la veille, le chef du centre scolaire de Kasindi, Monsieur Mbema Bwana Ndeke, avait lancé un communiqué aux parents via les radios locales, les appelant à envoyer dès ce Lundi 19 Avril, les élèves et écoliers à l’école.

Une situation paradoxale s’est vue dans les écoles de Kasindi. Dans certaines écoles, seuls les enseignants ont répondu présents, et dans d’autres, cependant, c’est un nombre très réduit d’apprenants qui sont arrivés à l’école, à l’absence de la plupart de leurs encadreurs.

Cette situation serait due à une confusion qui règne dans le chef des habitants au sujet des communications controversées sur les manifestations des forces vives contre le départ de la Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la Stabilisation au Congo (MONUSCO).

Pendant que le président de la société civile locale appelle les habitants à vaquer librement à leurs activités, les groupes de pression eux les appellent plutôt à cesser leurs activités jusqu’au départ de la MONUSCO.

Et donc, au milieu de cette confusion, les parents d’élèves préfèrent jouer à la prudence en gardant leurs enfants à la maison.

Joint par la rédaction de www.rtr-beni, un militant d’un des groupes de pression de la place a éclairé, sous couvert d’anonymat que, les élèves et écoliers doivent reprendre le chemin de l’école.

« Nous sommes entrain de manifester pour le départ de la MONUSCO et contre l’insécurité grandissante dans la région. Nous n’interdisons pas aux écoles de fonctionner. Les enfants sont libres d’aller à l’école « , a-t-il éclairé.

Depuis le mercredi dernier, les activités scolaires sont suspendues dans le centre scalaire Kasindi en territoire de Beni. Les chefs d’établissement qui avaient décidé de la suspension momentanément des activités scolaires, voulaient se joindre aux actions des forces vives de la partie nord de la province du Nord-Kivu qui manifestent depuis le 05 Avril pour demander le retour de la paix dans cette partie du pays et ainsi exiger le départ des soldats de la MONUSCO accusés d’action face à l’insécurité grandissante dans la région de Beni, Lubero et Ituri.

Serge Mulimani

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.